Yossi Taïeb (Député du Shass) Contre la vie chère Pour une identité juive en Israël

Placeholder

Product Description

Yossi Taïeb, le cavalier blanc
francophone du Parti Shass

Yossi Taïeb est à l’âge de 41 ans, le tout premier franco-israélien d’origine tunisienne, né en France, à être devenu Député du Shass à la 23e Knesset, dissoute en décembre 2019, et réélu à la 24e. Il est désormais en lice pour un troisième mandat à la 25e Knesset dont les élections sont prévues en novembre 2022.
Yossi Taïeb fait son Alyah en 1996 à l’âge de 15 ans avec sa famille. Après un aller/retour en France, il revient en Israël, à Jérusalem, pour poursuivre ses études à la Yéchiva de Mir.
Il y rencontre Me Avi Amram qui devient son ami, son “‘haver” (partenaire d’étude) tant à la Yéchiva de Mir qu’au Kollel du Rabbi Mordechai Elyaou. Ils se retrouvent après le service militaire de Yossi Taïeb à la Brigade d’Infanterie de ‘Hativat Givati’. Désormais, Me Avi Amram est son directeur de cabinet pour le parti Shass afin de représenter et défendre ensemble les intérêts des francophones de diaspora et d’Israël.
De 2006 à 2008, Yossi Taïeb accomplit une mission pour le compte de l’Agence Juive. Il élabore des projets éducatifs en France, à Toulouse. C’est en 2008, à son retour en Eretz Israël que la Fondation Wolfson lui confie la mission d’aider les immigrants français dans leur intégration.
Les membres Ashkénazes de la Fondation Wolfson pressentent en leur ami Yossi Taïeb une envergure politique digne de briser les clivages culturels israéliens. Ils voient en lui un charisme permettant de porter à la Knesset la voix des francophones. En 2018, ils l’inscrivent à son insu sur les listes électorales municipales pour devenir l’adjoint au maire de Kyriat Yearim, près de Jérusalem, pour le parti séfarade de droite sociale nommé Shass.

Yossi Taïeb : un programme “coup de point” contre la vie chère et le retour à l’identité juive d’Israël

1- Lutte contre la vie chère
La situation socio-économique en Israël est jugée alarmante avec l’augmentation du coût de la vie. Yossi Taïeb œuvre pour faire reculer la pauvreté. Sa première action sera de débloquer 1 milliard de shekalim par an (soit 4
milliards pour les 4 années de mandats) afin d’aider la population défavorisée par le biais de bons d’achat, cartes alimentaires, etc. Il s’agit donc de stopper l’hémorragie causée par le dernier gouvernement. Cette mesure sera suivie par la création d’un “Département de lutte comme la pauvreté” mis en place par une commission interministérielle afin de combattre efficacement la vie chère et l’appauvrissement de la population.

2-3 Identité juive nationale & Lutte contre un compromis territorial palestinien
Ses deuxième et troisième axes de campagne concernent le rétablissement du statut de la Rabbanout comme autorité juive en Israël et ses moyens de statuer sur tous les plans, comme les conversions, la cacherout, etc. Yossi Taïeb a également la volonté claire de maintenir une politique de droite sociale à majorité juive contre “l’émergence d’un état palestinien autorisé par le gouvernement sortant”. Israël ne doit plus jamais être aux mains des Arabes. Jérusalem demeure une capitale juive”, s’insurge le député francophone. Et de poursuivre “nous nous engageons à œuvrer au sein du gouvernement de Benyamin Netanyahou pour une politique de droite en refusant tout compromis territorial avec les Palestiniens.”
4- Aide à l’intégration des francophones
en Israël
Yossi Taïeb reprend sa mission de porte-parole officiel des franco-israéliens en abordant tous les sujets qui les concernent sans exception et de créer une plateforme pour les aider à s’intégrer.

En clair, le député du Shass en lice pour la 25e Knesset se présente comme le chevalier blanc de cette campagne faisant bloc avec les partis de droite face à une gauche non sociale “tant “prête (selon le Député) à mettre les partis arabes au pouvoir afin d’obtenir la majorité de 61 sièges.”
“L’heure est grave et à la mobilisation électorale pour sauver nos valeurs juives et combattre ensemble la vie chère dans notre pays,” s’exclame-t-il en guise de conclusion.
Yossi Taïeb et son équipe ont déjà traité plus de 14 000 doléances au cours de leurs deux années de mandat à la Knesset, provenant, à 95%, de personnes qui ne votent pas pour le parti Shass. Son chef de cabinet, Me Avi Amram qualifie leur engagement ‘’d’inconditionnel pour l’ensemble des francophones au-delà des clivages politiques”.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements