Le projet Hatikva 2014

logo-big
Le projet Hatikva 2014
Category: .

Product Description

Projet pedagogique Hatikva

 

PRESENTATION

 

Chère Ilanit,

Vous êtes directrice des départements européens de l’Expérience Israélienne (division  Europe, Amérique latine,  et ex Union Soviétique)

Parlez nous du projet Hatikva :

Béréchit : comment et pourquoi est né  ce projet ?
J’ai déjà participé a ce projet en tant qu’éducatrice il y a plus de 15 ans et j’ai pu constater l’impact d’un voyage vers Israël qui se déroule sur 5 jours.
Pendant ces 5 jours les participants se questionnent  sur leur identité, leur relation avec Israël, leurs attentes sur ce pays, et réfléchissent a ce qu’il symbolise pour eux.
Encore aujourd’hui j’entends des échos positifs des gens qui ont vécu cette expérience et l’impact que cela a eu sur leur vie.
Rassembler sur un bateau toutes les organisations et mouvements de jeunesse de France est un moment rare, d’exception, une aventure humaine extraordinaire.
Les participants qui venaient de tous horizons, représentait le Am Israël et cette diversité nous a permis de travailler, d’échanger, de partager et de se recentrer sur ce qui nous unit et non sur ce qui nous sépare.
Pour moi, la notion de Hahdout am Israël est essentielle, et a guidé ma vision pédagogique, moi qui ai été bercée par mes parents (éducateurs eux  mêmes) sur les valeurs du grand “Manitou” (le Rav Léon Ashkenazi Za”l).
Au delà de nos différences, de nos rites religieux sépharades et ashkénazes, nous avons décidé de faire une prière tous ensemble sur le pont, pour les soldats d’Israël et pour que vienne la paix.
Cette proposition a été accueillie par tous les mouvements de jeunesse le cœur ouvert, la notion de vivre ensemble étant acquise.
Compte tenu de l’ambiance en France bien avant l’opération « Tsouk Eitan », il était important d’unifier ces jeunes et leur laisser exprimer leur identité dans un endroit neutre, gorgé d’histoire.
Revivre l’histoire de l’Exodus peu connue par les jeunes d’aujourd’hui, en compagnie de témoins héroïques, était un défi pour nous professionnels de l’éducation.
Noah Klieger, Vip de notre bateau, rescapé d’Auschwitz, ayant participé a l’épopée de l’Exodus, avec son franc parler a su communiquer aux jeunes, l’importance de prendre sa vie en main, et d’être militant.
Il y avait aussi Bentsion Cohen, Shmuel Savion, Charles David et d’autres vrais ma’apilim qui ont laissé nos jeunes sans voix.
Cette rencontre inter génération, a fait surgir chez les jeunes des questionnements  sur leur devenir, leur choix des portes à ouvrir pour tracer leurs propres routes compte tenu de leur histoire.
A la Havaya Israelite, notre objectif est de pousser les jeunes à être acteurs de leur vie et non spectateurs.

Les moyens humains, les partenaires :
Ce projet a nécessité d’énormes forces humaines,
Tout d’abord mon équipe Emmanuel Sion, Galia Malul, Sandra Allouche, assistés par Brenda Yona et Anaëlle Caen ont orchestré avec un professionnalisme exemplaire le déroulement de cette opération.
Sur le projet pédagogique, des éducateurs de très haut niveaux se sont joints à cette aventure Moty Lykwornik, Uriel Feinerman, Yaël David ;
Des formateurs  et conférenciers des gens exceptionnels qui ont un emploi du temps très chargé mais qui ont perçu l’importance de ce projet et ont souhaité donner afin de transmettre ;
Harav Dr Dov Maimon qui pendant sa préparation a promus et fait rayonner  ce projet auprès des ministères, des instances et institutions, sans compter, simplement parce qu’il y croyait ; pour lui, se joue maintenant une page de histoire pour la jeunesse juive de France.
A ses côtés, Moriel  et Dany Seban, David Ouahnona, Dr Erik Cohen, Sam Kadosh, Arie Abitbol, Ori Sitruck, Marc Israel Sellem, Eli Benichou,  Yohan Smadja du Keren Hayessod.
Puis les partenaires, la histadrout hatsionit mondial, et le ministère de l’alyah et de l’intégration dont le directeur  Yaacov Hagoel, du département  d’activité en Israël et de la lutte contre l’antisémitisme, cite : “nous sommes en face d’une longue ère où l’antisémitisme en Europe ne fait qu’augmenter et s’accentuer ; les habitants de diaspora ont à relever de nombreux challenges et font face à des situations difficiles ;
Faire revivre l’expérience de l’Exodus, a permis a 800 jeunes de France  de renforcer leur connexion au peuple d’Israël, a l’état d’Israël et contribuera a leurs prise de décision pour l’avenir. »
La société Annatel l’opérateur israélien, spécialement dédié au français, a tenu à se joindre à ce projet, afin que les enfants et les parents restent connectés et partagent ce moment  en toute sérénité;
Radio Futée, Futé magazine, Charles Benguigui et ses équipes, nous ont fait l’honneur d’être à nos côtés et ont assuré l’animation, l’ambiance, les interviews et la visibilité de ce projet dans  le milieu francophone.
Marc Sellem (cameraman) et Gregory de l’Agence 1948,  ont effectué un travail colossal pour la partie audiovisuelle ; Tout cela managé avec brio, par Myriam Fedida, qui s’est occupée de la communication et de la coordination médiatique  de l’évènement.
La réalité en Israël n’a pas tardé à voguer à nos côtés, via les télévisons et le peu de communication que nous avions.
Les jeunes étaient persuadés que nous restions près des côtes de Chypre à cause de la situation sécuritaire en Israël,  En tant qu’éducateurs  il était impossible de faire comme si on était sur une ile, Nous avons adapté nos activités aux événements,  afin de donner des réponses aux participants.
Les jeunes sont donc arrivés en Eretz sereins, et ont continué leur programme pendant 3 semaines. Ils sont aujourd’hui rentrés en France, des souvenirs et des projets plein la tête.

A l’année prochaine.

Illanit Corchia

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements