LA CONSTRUCTION D’UN MYTHE

Placeholder

Product Description

A la vue et à l’observation des médias, qu’ils soient la presse écrite, la télévision où même les réseaux sociaux, nous sommes frappés par leur position presque irrationnelle pour ce qu’ils nomment ”la cause palestinienne, l’homosexualté, le réchauffement climatique”. Nos seules objections sont de les accuser d’être des menteurs, puis devant les faits qu’ils nous présentent nous sommes impuissants à avancer des arguments pertinents qui pourraient les mettre en question, qui placeraient un doute dans leurs positions. Nous allons essayer de décrypter leur technique d’information et souvent de propagande.
Avec l’histoire nous apprenons que le rôle premier du média est d’informer. L’objectivité n’est pas son caractère essentiel. Par exemple, le journal l’Humanité n’est pas principalement objectif, il propose “une vision” de l’actualité selon une idéologie, le Figaro fait de même. L’objectivité médiatique commence donc par dire dans quel camp on se situe, le cacher, l’étouffer c’est déjà de la propagande. Nous ne parlons pas ici d’objectivité dans son concept général c’est-à-dire cette réalité qui s’impose à l’esprit en dehors de toute interprétation sans quoi l’information ne serait qu’un triste exposé d’événements, de faits qui au fond réduiraient nos journaux à une seule page et notre journal télévisé à quelques minutes, non nous parlons de médias qui présentent clairement où ils se situent dans leur idéal.
Les médias israéliens sont pratiquement tous des médias d’opinion qui se cachent, comme tous les médias européens leur travail est essentiellement la déconstruction de la tradition juive au profit d’une société laïque, pluraliste, sans spécificité spirituelle. Tout ce qui touche de près ou de loin les valeurs du judaïsme est considéré comme archaïque, anti progressiste, voire anti-démocratique. Pour cela, ils n’hésitent pas à nier la réalité pour vendre leur idéal. Car si les valeurs du judaïsme n’avaient pas été avec la marche du temps, ni vous ni moi, ni eux ne serions là pour en parler. Un corps social sans âme.
Aujourd’hui les couloirs de l’information ont abandonné l’idée d’annoncer dans quelle position ils se situent et même vont jusqu’à nier l’existence de leurs positions idéologiques pour faire croire aux lecteurs à leur indépendance. C’est l’exemple de Médiapart, ou de Enquête investigation qui ne font que présenter leur réalité des faits et qui en fait ne font que de la propagande.On notera par exemple, ici et maintenant que Mr Lieberman prive les étudiants de yeshivot d’allocations de crèche au mépris de la situation où il met leurs enfants. C’est le travail, obligatoire avec privation du goûter pour les enfants, tout cela au nom d’une inégalité entre ceux qui travaillent et les autres, et supprimer les privilèges. Aucun média ne se soucie de ces enfants, si d’aventure cette décision avait été prise par Mr Netanyahou on nous aurait parlé du droit fondamental des enfants. A savoir que tous les enfants doivent avoir les mêmes chances, vivre dignement, les choix des parents ne sont pas leur choix. Mais la manipulation médiatique est de faire croire que les religieux ont des privilèges, les olims de Russie avec Lieberman c’est sûr, mais la réalité ne permet pas de dire que les religieux sont des privilégiés dans ce pays, les privilégiés sont à Ramat Aviv, à Hertzilya ou à Tel Aviv mais certainement pas à Bné Brak, Méa Chéarim ou Nétivot. Seules les télévisions israéliennes et les journaux ne le savent pas, quant aux partis gauchistes ils nous diront qu’ils n’en diront rien. Tout ce discours de ces “biens pensants” n’est qu’un mythe qui ne cherche qu’à stigmatiser une population religieuse, à la réduire à des fins électorales. Ainsi en marquant comme “infâme” la communauté religieuse ils sont certains d’empêcher une remise en cause des consciences laïques par eux-mêmes et les voir rejoindre le camp des religieux. Stratégie similaire au formidable coup marketing d’une société vendeuse de glaces qui fait croire à une éthique vis à vis des Palestiniens pour relever leur chiffre d’affaires en forte régression avec les musulmans en général. Une société n’est là que pour son profit et les dividendes de ses actionnaires, elle ne peut être législateur et encore moins une norme éthique qu’elle définirait elle-même.
Le mythe s’appuie sur une volonté de briser le droit de penser librement, il se présente bardé de “bonnes intentions” alors qu’il n’est au fond que le résultat d’une volonté “idéologique ou commerciale”, penser autrement expose le contradicteur à être banni, insulté remis en cause dans son intégrité morale. Deux exemples flagrants le prouvent : l’homo-sexualité et le réchauffement climatique.
La légalisation de l’homosexualité se fonde sur ce que l’on nomme la théorie du genre. On se garde bien de vous l’expliquer. Cette théorie est née de psychologues, de sociologues, de philosophes des années soixante qui l’ont définie de la manière suivante : le genre ne serait pas défini par la nature mais par la culture. Je ne serais donc pas né garçon ou fille c’est ma culture qui m’a fait garçon ou fille, le sexe de ma naissance ne peut définir mon genre, homme ou femme. Cette bétonisation de la nature contribue à son effacement, le nihilisme de son existence. C’est placer le signifiant avant le signifié. Affirmer qu’un garçon ou une fille n’est pas naturel mais culturel c’est aller contre une vérité tangible dès la naissance et après la naissance. Aujourd’hui dire que l’homosexuelité n’est pas naturelle est un acte criminel.
Le but de la manœuvre dans ce mythe est simple, il faut déconstruire la famille. Ne plus laisser cette image du couple “homme- femme” ne pas limiter le concept de couple. Détruire en profondeur Adam, Hava pour nier le Créateur. Si D.ieu existe c’est la fin des idéologies. C’est déjà une dictature sur la pensée, le droit à la réflexion, à la critique, à une conscience personnelle, la gauche condamne toute pensée qui n’est pas la sienne, elle va enfermer par le droit qu’elle impose “la nature” pour la “culture” la vérité tangible par une vérité “fabriquée pour le pouvoir absolu”. Notons ici qu’il est systématique de voir les gauches du monde entier dénoncer une dictature de droite, alors qu’elle met en pratique une dictature. La théorie du genre permettra aussi le contrôle des naissances, les valeurs traditionnelles du couple comme par exemple la condamnation de l’adultère ou la banalisation de la relation homme-femme. Au nom de l’interdit d’interdire, tout ce qui se cache va s’exhiber dans la rue, la gaypride, la pornographie sur internet. Cette prétendue liberté autorise même la déconstruction des mots, de la grammaire, autorise la vulgarité. La pensée précède le mot, tuer le mot pour tuer la pensée. Toute la tradition juive s’est construite sur la parole, le mot. “Et D.ieu dit à Moïse, les dix paroles pour les dix commandements”. Pour désunir les hommes partis faire la guerre aux cieux, le Maître du monde change leur Davar, il change les mots, à Babel ils ne se comprennent plus, ils ne se parlent plus, alors sans communication entre eux il ne reste que la violence, elle explose partout dans le monde.
Le mythe n’est pas un complot construit par des cabinets occultes, il est la mise au point de stratégies politiques ou commerciales par des agences de communications spécialisées, des Séguéla, des journalistes comme les Mamère, les Lapid, des politiciens tels Mélenchon. Ils fabriquent des slogans qui vont envahir notre pensée, s’inscrire dans notre mémoire. C’est Mitterrand avec “Le nationaliste c’est la guerre” alors que se sont les nationalistes patriotes qui ont fait la résistance au nazisme, “Les colons” de Mélanchon alors qu’il est impossible d’utilser le même mot colon pour ceux qui ont colonisé l’Algérie et ceux qui vivent ici en Judée ou Samarie. C’est “la réponse disproportionnée” alors que personne ne nous explique “la réponse proportionnée”.
Le mythe va déconstruire l’histoire, il va imposer sa propre écriture de l’histoire. C’est la révolution française pour la liberté, l’égalité, la fraternité, alors que les révolutionnaires français ne souhaitaient que du pain et une
vie décente. Sa réécriture n’est qu’une récupération intellectuelle. Les révolu-tionnaires russes ne souhaitaient que du pain, ils ont été récupérés par l’idéologie commu-niste qui en a fait la révolution du prolétariat. Les révoltés du printemps arabe ne sont que pour le pain, il ne sont pas une volonté purement politique. C’est toujours le politique qui donne une idéologie à une révolution. C’est ce qui nous permet de dire que les manifestations de Balfour ne sont qu’une manipulation politique de la gauche israélienne et non une révolte de justice sociale, de droit au goûter pour les enfants. Manifestants et manipulateurs s’en moquent bien, la preuve : ils ne manifestent plus aujourd’hui.
La plus grande manipulation planétaire est sans doute le réchauffement de la planète”. Tous les scientifiques soutenant que la planète se réchauffe et se refroidit par sicles, et donc par périodes sont interdits de diffusion. Le réchauffement climatique serait moins lié aux activités de l’homme que les mouvements cosmiques qui régularisent périodiquement les températures. Or ici on nous impose la responsabilité seule et unique de l’homme. La raison en est simple, d’une part la fin des réserves d’énergie fossiles, la volonté d’échapper aux taxes carbones, et surtout convertir l’industrie automobile vers la voiture électrique, ouvrir les marchés des énergies renouvelables et les produits dérivés qui s’en découlent dont ceux de l’alimentaire bio. Pour aboutir, le marché trouve des communicants enfants dans les publicités, allant jusqu’à fabriquer des jeunes stars comme Greta Thumberg. Ici deux messages sont envoyés, le premier : ”Vous êtes tous responsables” le second “Vos enfants vont vous donner la leçon”. Jusqu’à aujourd’hui et dans notre tradition juive ce sont les parents qui transmettent le message, ils sont le relai légitime de l’histoire, de la morale et de l”écriture. C’est fini, ce sont les enfants qui vont le faire. Or un enfant ne peut transmettre la tradition ou l’histoire. Ainsi privé d’histoire l’enfant va se trouver privé d’avenir. Il y a vraiment de quoi trembler. Cette construction est exactement celle des régimes les plus barbares et totalitaires qui vont endoctriner les enfants pour en faire des délateurs.
En cette veille de Roch Hachana nous avons réellement de quoi nous inquiéter et nous remettre en question. Comment allons-nous agir pour sortir de l’emprisonnement que l’on nous construit. Allons nous être spectateur sur notre canapé ou allons nous nous engager, enfin accepter que nous avons beaucoup de chose à apprendre. Combien d’entre nous se réfugient dans la prière et ne prennent pas une heure sur leur sommeil chabbatique pour se rendre à un cours? Combien pensent qu’il suffit d’attendre le Mashiah en faisant dodo. Combien encore ne feront que demander au Maître du monde la santé, la parnassa, la nouvelle maison ou la nouvelle voiture sans rien donner de plus d’eux-mêmes. Je prends, je veux, il faut que… Quand nous n’avons rien à donner nous n’aurons rien à recevoir.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements