interview exclusive Député Bezalel SMOTRICH

Placeholder

Product Description

Chmouel Charles Benguigui : Comment
résumez-vous l’année et demie que nous avons traversée depuis la création de la
“coalition du changement” ?

Bezalel Smotrich : L’année dernière a été extrêmement difficile à bien des égards: difficile au niveau de nos valeurs – torah, sionisme, identité juive – et aussi difficile concrètement pour le pays. Lorsqu’un côté de l’hémisphère politique pacte avec l’ennemi, en formant un gouvernement qui s’appuie sur des partisans du terrorisme, l’État d’Israël se retrouve pieds et poings liés car de nombreuses décisions et lois dépendent malheureusement de nos ennemis. Il s’agit d’une réalité déplorable qui a engendré une année difficile pour nos concitoyens : ils ont souffert d’un renforcement du sentiment nationaliste radical provenant des Arabes israéliens et la conséquence directe de ce nouveau phénomène est un fort sentiment d’insécurité à travers tout le pays. L’année a été également difficile sur le plan économique, marquée par une augmentation spectaculaire du coût de la vie et par un affaiblissement de l’unité et de la stabilité nationale. Pour nous aussi, députés de la Droite, cette année fut particulièrement troublante. Nous sommes au service du peuple et nos actions se veulent positives et constructives au sein même de la coalition. Mais il est clair que depuis les bancs de l’opposition, seule la lutte acharnée pour faire tomber ce gouvernement et les dommages qu’il a tenté de causer, représentait pour nous une priorité. D-ieu merci il a été renversé en moins d’un an ! Nous travaillons dur à présent pour apporter la victoire au Camp National et à l’établissement d’un gouvernement juif, sioniste et patriotique.

C.B : Plus précisément, comment le parti Ra’am a-t-il influé sur la prise de décisions ? Rappelons que vous avez insisté pour que Mansour Abbas ne fasse pas partie d’une coalition de droite. Pensez-vous avoir eu raison ?

B.S : Je pense qu’aujourd’hui la plupart des gens réalisent que nous avions raison. Une large majorité des études d’opinion montrent que les citoyens israéliens se rendent compte de la menace claire et directe que ce gouvernement représentait pour l’État d’Israël. Parmi ceux qui partagent la vision d’un État juif et démocratique, il peut y avoir désaccord sur la façon de faire. Mais faire alliance avec ceux qui nous combattent, qui combattent le droit à l’existence de l’État d’Israël et son identité juive est une absurdité et un danger. Cette année, le mensonge du parti Ra’am a été révélé au grand jour, les masques sont tombés et leur aspiration nationaliste islamique a été exposée. On peut par exemple évoquer leur réclamation de mettre un terme aux plantations d’arbres dans le Néguev ou leur vote en faveur de la “loi sur l’électricité”, tentative de légalisation de dizaines de milliers de maisons illégales arabes. Il y a eu bien sûr l’opposition de Ra’am à la “loi sur la citoyenneté” ou de toute autre législation liée au renforcement de Tsahal et de ses soldats. Et enfin et surtout, la crise gouvernementale générée par Ra’am, pendant la vague terroriste meurtrière d’Avril-Mai 2021 (19 Israéliens sauvagement assassinés), en prétextant mensongèrement (comme le Hamas) que l’État d’Israël profanait “Al-Aqsa”. Par la suite, la charte secrète du mouvement islamique a révélé que leur méthode de destruction du projet sioniste passe avant tout par une infiltration islamiste des mécanismes civils et démocratiques de l’Etat. C’est exactement ce que nous affirmions avant que ce gouvernement ne soit établi, en nous y opposant fermement, alors que le reste de la droite le souhaitait – car ayant étudié en profondeur ce mouvement islamique, ses racines, son histoire et ses méthodes de travail, nous savions qu’une coalition avec eux ne devait en aucun cas être formée. Baroukh’ Hashem, nous avons évité cette honte à la droite, et nous avons réussi tous ensemble à faire tomber ce gouvernement avant qu’il ne puisse causer des dommages irréversibles.

C.B : Pourquoi est-il important de voter “Hatsionout Hadatit (ט)” aux élections du 1er Novembre ?

B.S : Car c’est seulement avec le parti “Hatsionout Hadatit (ט)” que vos lecteurs peuvent avoir l’assurance d’obtenir ce pour quoi ils ont voté ! Nous avons prouvé notre stabilité et notre ténacité quand il s’agissait de la fidélité à nos idéaux et à nos valeurs, et en particulier l’amour du peuple juif et de la terre d’Israël. Avec nous, vous avez la garantie de défendre une identité juive forte en Israël. Nous ne tergiversons pas, nous ne négocions pas quand il s’agit des fondements même de notre raison d’être. Nous avons renoncé à des postes pour rester fidèles à nos idéaux, et à nos partenaires du camp national. Le temps où la droite était au pouvoir sans vraiment appliquer une politique de droite est révolu. Nous devons rééquilibrer les pouvoirs entre le parlement et la Cour Suprême, nous devons régulariser les implantations juives, nous devons réinstaurer la souveraineté dans le Néguev, le Galil et les villes mixtes comme Lod, et enfin s’occuper de cette hausse des prix qui rend la vie impossible ici. Je crois qu’il est temps d’essayer autre chose, de beaucoup mieux. Plus nous aurons de mandats, et plus nous pourrons agir concrètement sur le terrain. Nous aspirons à être la colonne vertébrale idéologique du camp national et patriotique. Nous avons prouvé par le passé nos capacités à agir et à faire avancer les choses, concrètement. En revanche, si le parti de centre-gauche de Gantz obtient plus de mandats que nous, Netanyahou sera clairement tenté de former une coalition avec eux, et cela ira à l’encontre de toutes ses promesses nationales! Dans une situation pareille, nous serons encore une fois confrontés à un gouvernement qui sera pieds et poings liés, incapable d’appliquer une politique nationale de droite authentique. En conclusion: Si vous voulez assurer une politique de droite, claire et sans compromis : votez “Hatsionout Hadatit (ט)”!

C.B : Nous sommes témoins d’une baisse de confiance drastique du public envers le système juridique et politique. Comment résoudre ce problème ?
B.S : La réforme du système juridique est sans aucun doute la mission la plus urgente qui incombe à notre pays. En Israël aujourd’hui, le “gouvernement des juges” défie systématiquement le judaïsme et la démocratie. Une entité non-élue et non-démocratique, qui s’est octroyée des pouvoirs démesurés et une autorité immense, prend des décisions capitales et affaiblit considérablement le Parlement et le gouvernement élu par le Peuple ! C’est un scandale ! Cette entité n’est pas contrôlée. C’est pourquoi, nous avons présenté récemment un programme clair, détaillé et concret pour réformer le système juridique. Le député Simha Rothman, spécialiste en la matière, qui a rédigé le livre “Le Parti de la Cour Suprême” dirige ce programme. Ce sujet est capital pour nous, et fera d’ailleurs partie des négociations gouvernementales, pour notre ralliement à une potentielle coalition. La droite se doit de prendre en main le système juridique, pour enfin être libre d’appliquer une vraie politique de droite.

C.B : Quel est votre message à la
communauté francophone en Israël ?

B.S : La communauté francophone en Israël est la plus proche du Sionisme Religieux, à bien des égards. Au niveau de l’idéal national, et au niveau des valeurs identitaires. Cette population est profondément liée à la tradition juive, à la Torah, au Sionisme, aux soldats de notre armée, et à la terre d’Israël. C’est la raison pour laquelle je pense que le parti “Hatsionout
Hadatit (ט)” représente un foyer naturel pour cette merveilleuse communauté. Nous sommes bien conscients des défis majeurs auxquels les francophones font face, surtout les nouveaux immigrants: les difficultés d’intégration, du logement, de l’éducation, de l’intégration sur le marché du travail, des retraites et bien évidemment de la bureaucratie. Cette population a été pendant trop longtemps ignorée. Je le regrette profondément. C’est pour cela que nous avons mis en place un plan d’action immédiat qui apportera des réponses à ces défis, qui peuvent parfois paraître insurmontables aux Olim de France. Nous nous engageons à exiger d’intégrer ce programme dans les négociations gouvernementales. C’est un sujet qui me tient à cœur et je suis déterminé à m’en occuper lors de la prochaine Knesset. Nous sommes décidés à améliorer la situation pour ces Olims, c’est notre engagement !

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements