CHANA TOVA

Placeholder

Product Description

5783 Les 64 ans de la « Feuille de Miel »

A l’aube de la nouvelle année juive, « Rosh Hachana », les Juifs originaires de Tunisie, qu’ils vivent désormais en Israël, en France, en Navarre ou ailleurs, cherchent à se procurer la « Feuille de Miel Parisienne », véritable sésame et rituel indispensable pour le déroulement des sédarim du nouvel an et, par la suite, pour celui de toutes les fêtes juives.
« Daf Hadevash » en hébreu, « Ouarkat El Achel » en judéo-arabe, « Das Pariser Honig Blatt » en yiddish, la « Feuille de miel » a été la création, il y a 64 ans, du rabbin-mohel Fradji H’aï Gaston Guez, une idée qui lui avait été transmise à l’époque par son beau-père, Mordekhaï Uzan.
Né en novembre 1916 à Nabeul, en Tunisie, Gaston Guez, après avoir étudié à la yeshiva « Kissé Rahamim » dirigée par le rabbin Masliah Mazouz, ouvrira à Tunis, dans le quartier juif de la Hara sa première librairie-magasin d’articles religieux à l’enseigne de « La Maison du Taleth ».
Quand, contraint et forcé, à l’indépendance de la Tunisie, il quitte son pays natal en 1956, c’est à Paris, dans le 20ème arrondissement, à Belleville, qu’il rebâtit « La Maison du Taleth » qui éditera régulièrement la « Feuille de Miel ». Le rabbin Gaston Guez sera aussi à l’origine de la création de la première synagogue parisienne de rite tunisien, « Machmia Chalom ». Il fera par la suite son alyah et c’est à Jérusalem qu’il est décédé le 15 août 2003.
Ses quatorze enfants, onze filles et trois garçons et plus particulièrement sa fille Shoshana Guez-Mayer, ont repris le flambeau de l’édition de la « Feuille de Miel » qui en est donc, en 2022, à sa 64ème édition.
Outre la célébration de Roch Hachana, la « Feuille de Miel » nous explique, entre autre, comment se déroulent Kippour, Souccot, Hannoukah, Pourim, Pessah et Chavouot, sans oublier Yom Hashoah et Yom Yérouchalaïm et les principaux jours de jeûne.
Et, cerise sur le gâteau, elle nous rappelle, deux solennités typiquement tunisiennes : la « Fête des Filles », « Roch Hodech El Bnète » (Cette année le 25 décembre 2022) et la « Fête des Garçons », « Séoudat Yetro » ( La prochaine, le 9 février 2023).
La « Fête des Filles », célébrée lors de l’allumage de la sixième bougie de Hannoukah, rappelle comment Judith, jeune femme juive pieuse et vaillante, décida de lutter contre Holopherne, général du roi perse Nabuchodonosor, envahisseur de la Judée et réussit, à force de ruse, à le piéger et à lui trancher la tête.
La « Fête des Garçons », le jeudi qui précède la lecture de la paracha de Yetro, entre le 15 et le 22 du mois hébraïque de Chevat, renvoie, elle, à une terrible épidémie de croup qui atteignait les jeunes en Tunisie et qui cessa miraculeusement le fameux jeudi de la paracha de Yetro.
La « Fête des Garçons » se traduit dans les foyers concernés par l’organisation de véritables festins miniaturisés où sont proposés pigeons et petits gâteaux (yoyos et manicotis) servis sur de petites tables et dans une vaisselle de poupée.

Chana Tova Oumétouka 5783 à tout le peuple juif ! Que la nouvelle année vous soit douce comme le miel de Tunisie. Am Israël Haï !

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements