Après la pluie, le beau temps

Placeholder

Product Description

Qui ne se souvient pas de ces belles paroles chantées par le séduisant crooner Sacha Distel : « Toute la pluie tombe sur moi, …, J’ai le moral et je me dis qu’après la pluie Oui, je sais bien qu’après la pluie, vient le beau temps ». Alors que l’Europe s’enfonce dans une cacophonie totale et que son triptyque « Tester, Tracer, Isoler » est un échec cuisant du fait d’une lenteur politico-administrative lamentable, Israël qui a choisi la stratégie de vaccination coûte que coûte est acclamé pour son exemplarité. Le premier ministre Benjamin Netanyahou a négocié en personne et au prix fort les vaccins du laboratoire Pfizer et déjà presque trois millions de personnes, soit près d’un tiers de la population, ont reçu la précieuse et vitale première dose. Alors que les mauvaises langues s’éternisent en Europe pour rendre le climat social encore plus anxiogène en soulignant la multiplication des variants anglais, brésiliens ou californiens, les sociétés Pfizer et BioNTech ont annoncé, à l’heure de l’écriture de cet article, l’efficacité de leur vaccin contre les principales mutations des variants anglais et sud-africain du coronavirus causant la Covid-19. Pourquoi, la stratégie israélienne est-elle la bonne ? La réponse est tellement évidente qu’on n’arrive pas à comprendre comment des personnes si intelligentes siégeant au Haut Conseil de la santé publique en France n’ont pas exigé qu’on vaccine immédiatement et en masse. Je rappelle que seulement un million de personnes est vacciné sur une population de 67 millions d’habitants. Mais, au fait quelle est cette réponse ? La Covid a pris le statut de « maladie chronique » c’est-à-dire qu’elle s’installe dans le paysage de la santé humaine et ce, pour de nombreuses années rendant les confinements quasi-inefficaces sauf pour que le système hospitalier ne soit pas noyé. A ce titre, il faut encore ici souligner et rendre hommage à tout le personnel soignant hospitalier israélien, et tous les autres personnels du monde entier qui, parfois méconnaissables derrière leurs masques, gants et équipements de protection, et au péril de leurs vies personnelles et celles de leurs familles, travaillent d’arrache-pied pour barrer la route au virus. Ce sont des héros des temps modernes qui ont commencé leur mission il y a onze mois et dans des conditions difficiles sur le plan de l’équipement. A cette époque, « toute la pluie leur tombait sur la tête » et bizarrement, on parlait même d’orage cytokinique, phénomène se traduisant par une réaction hyper-inflammatoire de l’organisme c’est-à-dire par un emballement du système immunitaire qui se retournait contre lui-même, mettant la vie du patient en danger de mort. Aujourd’hui, nonobstant la nécessité impérieuse du vaccin, on a réussi à faire face à la maladie en comprenant la nécessité de l’utilisation d’antibiotiques virulicides grâce à la médecine libérale, les autres héros modernes quelque peu oubliés, et en prodiguant plus d’oxygénation. L’année qui s’annonce sera une année de miracles et souvenez-vous bien qu’après la pluie vient le beau temps.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements