Entretien exclusif du Député MEYER HABIB

Placeholder

Product Description

Shalom à tous ! D’abord, merci mikol halev de votre confiance et du soutien que vous m’apportez depuis neuf ans. Lors de ma dernière élection en 2017, vous avez été 88% en Israël à m’accorder vos suffrages contre la candidate de la majorité présidentielle, dont près de 98% à Ashdod et à Netanya ! C’est un honneur, un bonheur et une responsabilité immenses de vous représenter ! La force, la confiance, le soutien massif que vous m’apportez me poussent à continuer le travail que je mène depuis 9 ans à votre service. J’ai donc décidé be’ezrat hachem de me représenter pour la troisième fois aux élections législatives dans la 8ème circonscription des Français établis hors de France.
Ma profession de foi, c’est mon bilan. 9 ans à défendre les intérêts de tous les Français de l’étranger, en particulier ceux d’Israël ; 9 ans à me battre à l’Assemblée nationale contre le fléau de l’antisémitisme, et contre sa nouvelle matrice, l’antisionisme, bannière revendiquée de l’extrême-gauche menée par un Mélenchon vindicatif et plus puissante que jamais.
Parfois seul, trop seul. 9 ans à porter la mémoire de toutes les victimes de l’antisémitisme, de Sarah Halimi à Mireille Knoll, d’Esther Horgen aux victimes de l’hypercasher et de l’école Ozar Hatorah, d’Ilan Halimi au DJ Selam, mort dans l’anonymat il y a 19 ans et dont j’ai obtenu du Président de la République la reconnaissance du meurtre antisémite en réponse à la lettre que je lui avais adressée. Les larmes de Juliette, sa mère, lorsque je lui ai annoncé la nouvelle, sont gravées dans mon cœur.
9 ans à lutter de toutes mes forces contre le djihadisme dans l’hémicycle, ce cancer de l’humanité qui menace avec la même cruauté meurtrière la France et Israël. 9 ans à militer pour que nos deux pays redeviennent les alliés privilégiés qu’ils auraient toujours dû rester.
9 ans à me battre pour mettre fin à l’injustice fiscale qui vous frappe et à obtenir des simplifications administratives pour votre quotidien. J’ai obtenu après de longs combats la reconnaissance des permis de conduire, la dématérialisation des certificats de vie pour les retraités, les facilités des voyages durant l’éprouvant épisode du Covid, impossibles au début de la pandémie, l’ouverture d’une ligne de vols low-cost Paris-Tel Aviv, et surtout l’obtention d’une équivalence des diplômes entre la France et Israël pour de nombreuses professions.
Ce bilan n’est pas pour moi une fin en soi. J’ai conscience de l’immensité de la tâche qui est encore devant nous, tant de choses restent à accomplir.
Le combat contre la haine antisémite et pour l’État d’Israël et l’amitié franco-israélienne appellent à de nouvelles mobilisations pour renforcer la lutte contre l’antisémitisme et l’islamisme.
Les injustices dont vous êtes l’objet comme Français de l’étranger sont encore trop nombreuses. Aujourd’hui, il est urgent que tous les Français résidant à l’étranger bénéficient du chèque inflation de 100 euros, à l’heure où vous, Français d’Israël, subissez la baisse colossale de l’euro par rapport au Shekel ! J’ai alerté le Ministre Bruno Le Maire pour que cesse cette inégalité de traitement injustifiable !
Sur le plan fiscal, je continuerai à me mobiliser contre le matraquage qui pèse injustement sur les Français de l’étranger. En 2019, j’ai obtenu gain de cause avec l’exonération de la CSG-CRDS sur les revenus du patrimoine pour un certain nombre de Français résidant en Union européenne. Je me bats désormais afin de mettre fin à cette injustice pour les Français du reste du monde !
Je continuerai bien évidemment à œuvrer pour l’éradication du fléau antisémite, qui ne cesse de grandir chaque année en France. J’ai mis mon mandat en jeu et eu le soutien de mon groupe UDI pour obtenir la création d’une commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Sarah Halimi, avant de la présider envers et contre tout. J’ai pu y mesurer les obstacles et le déni des politiques et des médias lorsqu’il s’agit d’enquêter sur le meurtre d’une femme massacrée à poings nus et défenestrée dans l’indifférence parce que juive orthodoxe, par un barbare islamiste qui sera libre dans quelques temps.
J’en veux terriblement au groupe LREM dont aucun membre ne s’est déplacé chez Sarah Halimi lorsque j’ai décidé que la Commission d’enquête se remette dans les conditions du soir du meurtre. Nous avons prouvé que Sarah a bien été assassinée ce soir-là par un islamiste qui a prémédité son acte, et devant une vingtaine de policiers qui ne sont pas intervenus.
Je défendrai notamment le droit d’être sioniste, la liberté de porter la kippa dans l’espace public, la Shehita -premier dossier pour lequel je me suis engagé le lendemain de mon arrivée à l’Assemblée en 2013 en organisant un entretien avec le Président Hollande, le Premier ministre Netanyahou et moi-même- mais que certains veulent interdire, preuve que l’avenir des juifs en France peut être menacé.
S’il faut parler d’Éric Zemmour, j’ai de l’affection pour lui, nous avons grandi ensemble. Il n’est évidemment pas antisémite.
Son avocat, notre ami commun Maître Pardo, chroniqueur régulier sur i24news, m’apporte officiellement son soutien. Mais honnêtement, il a pris la bonne décision en ne se présentant pas en Israël malgré son très bon score à la Présidentielle du fait sans doute de la grande déception des Français d’Israël.
Pour être tout à fait franc, il est faux et terrible de prétendre que le Maréchal Pétain a protégé les Juifs français alors qu’il a durci de sa propre main la loi sur le statut des Juifs, ou de refuser aux Juifs de porter en premiers prénoms ceux qu’ils ont depuis 2000 ans, et encore plus de mettre en doute l’amour de la France d’une personne parce qu’elle souhaite résider pour l’éternité en Israël, en mettant en parallèle l’enterrement de martyrs juifs à Jérusalem, les Sandler, avec celui d’un barbare islamiste en Algérie.
Je n’ai pas compris non plus que lui, fils de Roger Zemmour que j’ai bien connu, si attaché à nos valeurs, se recueille à l’Eglise Sainte-Clotilde la veille d’une élection. A sa place, je serais plutôt allé prier dans une synagogue où il va d’ailleurs régulièrement. Il n’est absolument pas sioniste, je le suis. Nous en avons discuté, je sais qu’il fait sienne la phrase de Clermont-Tonnerre : « Tout aux juifs en tant qu’individus, rien en tant que Nation ». Non, le judaïsme n’est pas seulement une religion. Le droit pour le peuple juif d’avoir un État-Nation sur sa terre ancestrale est inaliénable et imprescriptible.
Sur les rapports entre Israël et la France, je continuerai à m’opposer à la position traditionnelle du Quai d’Orsay, dont la continuité a été incarnée, voire accentuée lors du dernier quinquennat.
Les votes déshonorants de la France au sein des organisations internationales, dont le dernier en date à l’ONU niant les liens qui unissent le peuple juif et le Mont du Temple, après avoir nié nos liens avec les Kivré Yossef et Rahel, sont couverts d’opprobre. Le Président Hollande m’avait pourtant promis par écrit qu’ils ne se reproduiraient pas. Jamais je ne pourrai oublier que le ministre des affaires étrangères a parlé d’un risque d’Apartheid en Israël lorsque le Hamas y déversait ses bombes, ni qu’il s’est engagé, à l’instar de l’extrême-gauche, en faveur de la libération du terroriste palestinien Salah Hamouri.
Le Président de la République avait-il besoin de se réjouir par un tweet d’offrir l’asile au fondateur du BDS en Egypte ? Il est par ailleurs scandaleux et immoral que la France ait remis à un membre du FPLP la médaille de l’ordre national du mérite ! Lorsque le Premier ministre accusait Israël des pires maux alors qu’une pluie de missiles s’abattait sur sa terre en mai 2021, j’avais quitté l’hémicycle devant les caméras du monde entier, ce que jamais un député de la Macronie n’aurait pu faire.
J’ai posé près de 33 Questions orales au Gouvernement concernant Israël et l’antisémitisme depuis neuf ans, souvent sous les quolibets de la majorité et de la gauche antisioniste qui a quitté en masse l’hémicycle à plusieurs reprises. Je suis menacé jour et nuit et vis sous protection policière depuis des années parce que beaucoup pensent que je suis le visage d’Israël en France.
Ces infamies, ces double-discours, je continuerai à les dénoncer d’où qu’ils viennent, de toutes mes forces et de toute mon âme, parce que je suis persuadé que la France et Israël partagent le même socle de valeurs au sein du monde libre. Le Hezbollah, l’Iran, l’Autorité palestinienne, que la France continue de banaliser, n’en font pas partie et je continuerai à tout faire pour l’en persuader.
Je continuerai aussi à militer sans relâche pour que Jérusalem soit reconnue par la France comme la capitale indivisible de l’État d’Israël en y demandant le transfert de notre Ambassade, pour que l’Iran des Mollah ne soit jamais nucléarisé, et pour que le Golan ne revienne jamais dans les mains du boucher syrien.
Je sais que le monde de la Torah est derrière moi, que la grande majorité du camp sioniste est derrière moi pour porter ces combats.
Vous, Français d’Israël, avez besoin d’un député totalement libre, plus expérimenté que jamais, qui maîtrise l’hébreu parfaitement, proche de vous, qui vous ressemble -dans la lignée de mon père Roger et de mon oncle Lolo pionniers de cette magnifique communauté- qui a une connaissance parfaite d’Israël et de la France et qui entretient des relations personnelles avec tous les autres dirigeants français et israéliens pour défendre vos intérêts. Comme chacun le sait, j’ai en plus une proximité idéologique et une relation fraternelle depuis plus de trente ans avec Benjamin Netanyahou.
Pendant ces 9 années, où les électeurs de la 8ème circonscription m’ont accordé leur confiance à deux reprises, j’ai voulu apporter une opposition toujours constructive à la majorité et au Gouvernement en place, ce que je continuerai à faire si je suis réélu.
Je suis un député libre, capable de dire oui à Emmanuel Macron que je connais très bien personnellement lorsque j’estime qu’il va dans le bon sens, et de lui dire non et de m’opposer fermement lorsque ses décisions menacent vos droits et vos intérêts. Je l’ai prouvé, ma seule boussole, c’est de vous défendre, et de défendre l’ensemble des Français de toute la circonscription.
C’est vrai, le premier tour des élections a lieu le jour de Shavouoth et cela stimule beaucoup de mes concurrents. Mais Be’ezrat Hachem, nous gagnerons tous ensemble.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements