Julien Courbet et #Bring Back Our Boys

10347534_725803874146072_6112425335035187846_n-950x777
Julien Courbet et #Bring Back Our Boys
Category: .

Product Description

Trois lycéens, après une longue semaine d’examens ont accepté un covoiturage  pour rentrer chez leurs parents pour le weekend. Dans la région où ils étudient c’est comme ça que tout le monde se déplace car il n’y a pas de service de transports en commun. Ces lycéens s’appellent Gil-ad, Naftali et Eyal, ils ont 16 et 19 ans et ils ont été kidnappés par le Hamas.
Dès que la nouvelle a été connue en Israël le vendredi après midi  une dizaine d’étudiants israéliens aux profils variés a spontanément  pris l’initiative de créer une campagne sur les réseaux sociaux baptisée #Bring Back Our Boys. C’est devenu un phénomène de société en Israël.
Entretien avec Myriam Shermer, porte-parole francophone de # Bring Back Our Boys

UBQC : en combien de temps avez-vous créé cette campagne #Bring Back Our Boys et est elle devenue virale rapidement?
Myriam Shermer : dès le vendredi lorsque la nouvelle de l’enlèvement a été officielle  nous avons commencé à  travailler. Notre modèle c’est la campagne # Bring Back Our Girls concernant les 230 lycéennes enlevées au Nigeria. Nous avons travaillé tout le shabbat en équipe restreinte car certains parmi nous sont pratiquants et ne travaillent pas le shabbat. Nous avons mis en ligne notre page Facebook pendant shabbat, elle a commencé à se diffuser mais Facebook l’a fermée et nous avons dû tout recommencer !…aujourd’hui  nous avons 94 000 personnes qui nous suivent, nous recevons des photos et des selfies du monde entier,  des personnalités artistiques et politiques commencent à nous rejoindre et à diffuser notre message

UBQC : justement quel est votre message ?
Myriam Shermer : il est très simple : les enfants sont maintenant les proies des terroristes et c’est intolérable.Gil-ad, Naftali et Eyal, les garçons enlevés, sont des lycéens qui rentraient chez eux après les cours comme des millions d’autres le font chaque jour de par le monde. Ce ne sont pas des soldats, ni des combattants, même pas des adultes .Aucune cause, aucune idéologie, rien, absolument rien ne justifie que l’on s’en prenne à eux.
Notre modèle est la campagne # Bring Back Our Girls, car c’est exactement la même situation. Au Nigeria, l’organisation terroriste Boko Haram a enlevé des jeunes filles ; en Israël l’organisation terroriste Hamas a enlevé des jeunes garçons. Nous voulons que le monde sache que violant toutes les règles du droit international, les terroristes s’attaquent maintenant aux enfants.

UBQC : souhaitez-vous faire pression sur les gouvernements pour obtenir la libération des otages ?
Myriam Shermer : certainement pas, d’ailleurs  nous ne sommes affiliés à aucun parti politique ou mouvement idéologique .Nous n’avons aucun contact avec les autorités. Nous voulons aider et en aucun cas nous immiscer dans les discussions politiques. Nous vivons une tragédie en Israël. Toute la population se sent extrêmement concernée par ces enlèvements. Il suffit de voir les prières qui sont faites tous les soirs au  Kotel (Mur des lamentations) à Jérusalem. Elles rassemblent un nombre impressionnant de personnes, avec des niveaux de pratique religieuse très divers. Pas uniquement des sionistes religieux mais aussi des Haredim, ultra-orthodoxes et des laïcs.

UBQC : qui vous aide à faire circuler le message ?
Myriam Shermer : tous ceux, anonymes ou célèbres, qui aiment notre page Facebook, qui partagent nos statuts sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.Nous recevons chaque jour des milliers de selfies de gens, de tous les pays du monde : Brésil, Porto Rico, Espagne, Belgique, Serbie, Indonésie, Australie, Canada, USA, France… La liste est incroyablement longue et c’est une  grande satisfaction pour nous

UBQC : Des célébrités israéliennes comme Bar Rafaeli et Gal Gadot  ont relayé la campagne # Bring Back Our Boys, même la Maison Blanche a rejoint votre campagne et il y a un bruit qui court que parmi les célébrités françaises il y a le présentateur de télévision Julien Courbet …
Myriam Shermer : oui c’est vrai, Julien Courbet  l’a fait sur Twitter dès le dimanche 15 juin mais je dois dire qu’il est à ma connaissance la seule personnalité française médiatique qui se soit mobilisé avec nous pour l’instant…La mobilisation de personnalités politiques ou artistiques représentatives de France se fait attendre.

UBQC : est ce que cette campagne réconforte les familles des jeunes garçons?
Myriam Shermer : nous le souhaitons bien sur, d’ailleurs les mamans des enfants ont dit à la télévision qu’elles sentaient le soutien du peuple d’Israël mais ce que nous voulons surtout c’est qu’il y ait un consensus également  dans le reste du monde .Il faut que ce drame suscite l’indignation qu’il mérite. Il n’y a aucune légitimité à ces enlèvements dramatiques et les gens de bonne volonté et de bonne foi le comprennent bien puisque nous avons reçu des témoignages touchants de druzes, d’arabes …

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements