Sans détour

GuyMilere
Sans détour

Product Description

Le trouble obsessionnel compulsif des anti­israéliens forcenés

L’Irak et la Syrie sont à feu et à sang. Des Chrétiens et des Yazidis ont été massacrés

par milliers. L’Etat Islamique se dissémine, égorge, décapite. Des Arabes “palestiniens”

ont été assassinés en nombre dans la périphérie de Damas. Un conflit sanglant fait rage

au Yémen. Des Africains prennent des bateaux qui parfois coulent en mer pour rejoindre

l’Europe et quittent les côtes d’un pays démantelé, dévasté, dont montent des odeurs de

mort et de calcination. Au Nigeria, Boko Haram continue son entreprise de dévastation.

Dans le Sinaï égyptien, des hordes armées font régner la barbarie. Les anti­israéliens

forcenés ne voient rien de tout cela.

Ils voient juste qu’en ce contexte, Israël continue à exister, et ils ne supportent pas cette

idée. Ils continuent dès lors à vouloir boycott, désinvestissement, sanctions, et motions

haineuses au Nations Unies.

Les anti­israéliens forcenés voient aussi qu’Israël est le seul pays au milieu de ce que je

viens de décrire à être un havre de paix, de liberté de pensée, de prospérité, de tolérance

envers les Chrétiens et envers les Musulmans, que ses citoyens ne se conduisent pas

comme des sauvages, et ils ne supportent pas ce qu’ils voient. Ils continuent dès lors à

soutenir une “cause palestinienne” dont le monde musulman lui­même se désintéresse

présentement, car y prennent forme, effroyablement, d’autres soucis et, sans s’intéresser

une seule seconde à ce qui arrive à des Arabes “palestiniens” dans la banlieue de

Damas, sans prêter attention au fait que la seule frontière de la bande de Gaza qui soit

hermétiquement fermée est celle séparant la bande de Gaza de l’Egypte, en reviennent à

leur obsession : le blocus israélien de Gaza.

Comme des gens atteints d’un trouble obsessionnel compulsif qui ne peuvent s’empêcher

de répéter des gestes sans rime ni raison, ils répètent eux­mêmes des gestes. Là où des

malades atteints de troubles obsessionnels compulsifs se lavent cent fois les mains à

l’eau froide ou allument mille fois une ampoule, ce qui ne prête guère à conséquences,

eux font des gestes potentiellement plus délétères et qui s’achèvent souvent en

naufrages, parfois, hélas, en morts et en blessés: ils affrètent des bateaux et constituent

des flottilles.

Ils sont persuadés que le Hamas, leur organisation terroriste favorite, parce que son but

essentiel est de tuer des Juifs, manque d’armes, de ciment pour construire de nouveaux

tunnels, alors ils veulent y remédier, et disent vouloir apporter de la nourriture, qui ne

manque pas à Gaza, et des médicaments, qui ne manquent pas non plus à Gaza. Ils

espèrent, surtout, rencontrer des tueurs de Juifs. Ismaël Haniyeh et Khaled Mechaal ne

seront peut­être pas sur place pour les embrasser : en ce cas, ils se contenteront de plus

menu fretin, et si, sur une plage à la veillée, ils peuvent parler d’extermination des Juifs

israéliens, ils seront satisfaits de leur voyage. S’ils ne peuvent toucher Gaza, ils se diront

qu’ils feront mieux la prochaine fois, et qu’avoir échangé des mots de haine

exterminationniste au cours de quelques jours en mer était tout de même bien agréable

pour eux.

Ils se retrouveront à la mi­juin en Grèce : on ne sait pas encore où. Mais ce sera, pour

eux, sans aucun doute une bien belle rencontre. Trois flottilles devraient être mises en

place : le trouble obsessionnel compulsif des anti­israéliens forcenés semble faire que les

réservations pour la croisière sont nombreuses. Il n’est pas certain qu’il y aura des

artistes. Roger Waters est atteint du trouble obsessionnel compulsif, mais les concerts

qu’il donne autour du monde sont plus rémunérateurs. Mais il y aura quelques chanteurs

et maîtres chanteurs. Il y aura de quoi s’exciter : des photos de Juifs seront sans doute

disponibles pour être brûlées, ainsi que des drapeaux israéliens.

Il y aura, dit­on, des personnalités : Moncef Marzouki, ancien Président tunisien, ancien

médecin passé du côté des tortionnaires, sera sur l’un des bateaux. Si la croisière

s’achève par un accompagnement des bateaux vers le port d’Ashdod, les croisiéristes

auront une indigestion, et je leur souhaite d’avance une bonne indigestion. S’ils coulent

en mer, l’indigestion sera pour les poissons. Je plains d’avance les poissons.

L’une des croisières en direction de Gaza, en 2011, n’a pas même pu quitter le port : l’un

des bateaux portait le titre d’un livre signé Barack Obama. Le titre venait d’un discours de

l’homme qui a converti officiellement Obama au christianisme, l’antisémite Jeremiah

Wright. C’était un nom approprié : l’audace de l’espoir. Il faut de l’audace pour avoir

l’espoir de détruire Israël. De l’audace et de l’immoralité criminelle. De l’immoralité

criminelle et un trouble obsessionnel compulsif.

© Guy Millière pour Dreuz.info

Retrouvez l’article intégral sur Dreuz.info

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements