SANS CENSURE

Placeholder

Product Description

Nous savons tous que les rapports entre Israël et Ishmaël, narrés dans la genèse, ont façonné notre présent et que la clef de compréhension et l’issue y sont inscrites en filigrane. Ce conflit tri-millénaire aujourd’hui culmine à des sommets jamais atteints. Les grands d’Israël ont tous, de manière non équivoque, affirmé qu’Ishmaël nous poserait problème, surtout dans la fin des temps. Mais alors comment traduire dans la réalité d’aujourd’hui les tenants et les aboutissants de cette lutte fratricide et peut-on prévoir quand et comment elle se terminera ?
Sans entrer dans des considérations mystiques ou apocalyptiques nous pouvons tenter de mettre de l’ordre à ce que l’on nomme la neuvième épreuve d’Abraham. Dès qu’Agar fut enceinte, elle manifesta du dédain et du mépris à l’égard de Sarah. Lorsqu’Ishmaël naquit, il était clair qu’il serait l’héritier de la maison d’Abraham… jusqu’à l’incroyable et inattendue naissance d’Itzhak ! Sarah voyant qu’Ishmaël tournait mal et que ses pulsions criminelles mettaient en danger la vie d’Itzhak, exigea d’Abraham son expulsion et celle de sa mère. Dès l’aube du lendemain, Abraham les renvoya avec pour simples provisions, une miche de pain et une gourde d’eau, très vite épuisées dans le désert. Alors qu’ Ishmaël était sur le point de mourir, Dieu considéra qu’il fallait le sauver puisqu’il était innocent “en ce moment précis”. Les anges, offusqués par cette décision eurent beau lui faire remarquer son passé criminel et les actes non moins criminels de sa descendance à l’égard d’Israël dans le futur, rien n’y fit.
Ils auraient pu pourtant objecter que cette décision était en totale contradiction avec sa loi du fils dévoyé et rebelle (“ben sorer ou more”) qui lui, est bel et bien condamné à mort pour un simple mauvais comportement et lui éviter de devenir un criminel dans le futur ! Nos sages tirent des enseignements exceptionnels :
1/ le tribunal d’en haut ne juge pas selon les mêmes critères que le tribunal d’en bas ; un homme n’est pas jugé là-haut pour ses actes avant 20 ans (Ishmaël avait 17 ans) et jamais en fonction de son futur tandis que le tribunal d’en bas le juge à partir de 13 ans et tient compte de ses implications futures. Mieux vaut qu’il meure dans ce monde-ci plutôt qu’il ne perde son monde futur.
2/ le fils dévoyé et rebelle ne pouvait pas faire techouva tandis qu’Ishmaël lui, fera techouva (la torah nous donne plusieurs indications à ce sujet). Ishmaël est doté de la qualité d’écoute (shama-el) qui est essentielle pour faire techouva tandis qu’elle fait défaut chez le fils dévoyé et rebelle.
Revenons à présent à ces maigres provisions que donna Abraham (alors qu’il était excessivement riche) à Ishmaël avant de le renvoyer. Abraham lui signifie : si tu veux vivre mon fils, c’est uniquement en restant attaché à ma bénédiction. Si tu t’en écartes tu trouveras très vite la mort et tu tomberas à la face de tes frères. De ce dernier verset Rachi nous explique que dans les temps futurs, Ishmaël tombera définitivement dans une guerre qu’il mènera contre Israël . Et le Baal hatourim fait remarquer que le verset qui suit immédiatement est : “Voici quels sont les engendrements d’Itzhak” pour nous dire qu’aussitôt le Machiach ben David émergera parce qu’il est de la souche d’itzhak ! Ce que veut dire effectivement Abraham à Ishmaël ; si tu t’écartes de mes préceptes tu auras affaire à mon fils Itzhak (pahad Itzhak) !

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements