Professeur Alan Dershowitz : “en tant qu’Américain et Juif, je crains plus la gauche que la droite”

Placeholder

Product Description

©Publié par Jean-Patrick Grumberg pour dreuz.info

Un crime antisémite horrible a été perpétré la semaine dernière dans une synagogue de Pittsburgh. Un néo-nazi a tué 11 personnes en hurlant “tous les juifs doivent mourir !” Et le célèbre professeur de droit d’Harvard Alan Dershowitz, qui est un Démocrate, a déclaré récemment que : “en tant qu’Américain et Juif, je crains plus la gauche que la droite”.
La question qui immédiatement vient à l’esprit est “pourquoi un homme aussi bien informé, et Démocrate de surcroît, pense-t-il que pour un Américain juif, la gauche est plus à craindre que la droite”.
Une étude publiée le 19 octobre dernier, conduite par le Forum de Coordination pour la Lutte Contre l’Antisémitisme (CFCA) sur l’ampleur du phénomène néo-nazi aux Etats-Unis, et totalement occultée par les médias, méritait pourtant qu’on s’y arrête car elle apporte un début de réponse.
Combien y a-t-il de néo-nazis aux Etats-Unis ?
Prenant pour exemple le Daily Stormer, un des groupes les plus actifs dans la diffusion de propagande antisémite et autres messages racistes aux Etats-Unis, l’Anti Defamation League (ADL) affirme que : “Les sections locales sont composées de jeunes hommes blancs. Aucune femme ne peut se joindre à nous. Les membres n’ont pas le droit d’utiliser leur vrai nom.”
Une cinquantaine de membres dans tout le pays
“Les groupes sont relativement petits et les sections sont généralement composées de deux à dix personnes”, a déclaré Carla Hill, chercheuse au Centre sur l’extrémisme de l’ADL.
Quant aux membres du KKK, leur nombre est estimé entre 5 et 8000 sur tout le territoire américain (ils étaient 4 millions dans les années 20, soit 4% de la population, et le Klan était une organisation fondée et dirigée par un Démocrate). C’est toujours 8.000 de trop, mais on parle de 8.000 tarés qui ont un pet au cerveau sur une population totale de 320 millions. Et c’est sans doute parce que la liberté d’expression n’interdit pas les opinions néo-nazies de s’exprimer qu’ils ont autant régressé au point que selon un sondage de Washington Post/ ABC News effectué sur un peu plus de 1000 personnes, 83 % des Américains pensent qu’il est inacceptable d’avoir des opinions néo-nazies.
Selon le SPLC (Southern Poverty Law Center-, “les groupes nationalistes blancs [qui] épousent des idéologies suprémacistes ou séparatistes blanches, et croient en une infériorité des non-Blancs, y compris le Ku Klux Klan, les néo-confédérés, néo-nazis, skinhead racistes, et membres d’Identité chrétienne représentent en tout environ 100.000 personnes.
Selon l’organisation START (Etude du terrorisme et réponse au terrorisme) de l’université du Maryland :
“Notre étude, qui repose sur les bases de données américaines a identifié 2.149 extrémistes islamistes, d’extrême gauche, d’extrême droite, qui se sont radicalisés et sont devenus des extrémistes violents et non violents aux États-Unis de 1948 à 2017.
Les extrémistes d’extrême droite constituent le groupe idéologique le plus important de cette base de données (922), suivis des extrémistes islamistes (496). Les autres se répartissent entre les extrémistes d’extrême gauche (367) et les personnes appartenant à la catégorie “question unique” – dont les croyances varient, mais comprennent des extrémistes anti-avortement, des nationalistes portoricains et des membres de la Jewish Defense League – soit 364 personnes.”
Quelles sont leurs activités ?
“L’une de leurs activités préférées est l’affichage”, a déclaré Keegan Hankes, analyste au Southern Poverty Law Center (SPLC), une ONG d’extrême-gauche dont une section se concentre sur la surveillance des campagnes en ligne de l’extrême droite. “C’est un risque assez faible et c’est un bon moyen d’attirer l’attention sur vous”.
“Bien que les Juifs aient tendance à être leur ‘cible préférée’, ils encouragent également le racisme contre les personnes de couleur, les membres de la communauté LGBTQ, les femmes, et toute autre personne perçue comme “anti-blanc. Soit à peu près tout ce qui n’est pas un homme blanc hétérosexuel,” dit Hankes.
Globalement, les activités de ces groupes consistent principalement en la production d’ouvrages et de conférences.
Promeuvent-ils la violence ?
Selon Hankes, l’objectif principal de ces groupes est de répandre leurs messages et d’inspirer la peur dans leurs communautés, plutôt que de commettre des agressions physiques réelles.
“Il est peu probable que les membres commettent des actes de violence”, a-t-il dit.
Robert Bowers, le terroriste qui a tué 11 personnes à la synagogue de Pittsburgh, n’était apparemment pas affilié au Daily Stormer, ni au KKK, mais il était inscrit à Gab, un réseau social très prisé par les gens dont les comptes ont été fermés par Twitter. C’est là qu’il publiait son abjecte rhétorique.
Bowers était plongé dans l’idéologie de la suprématie blanche, en permanence excitée par un flot constant de propagande raciste. Comme Dylann Roof, qui a tué neuf fidèles afro-américains à Charleston, en Caroline du Sud. Et comme un nombre significatif d’hommes mécontents et désabusés, les Blancs rejoignent les rangs néo-nazis, les noirs Black Lives Matter. Les Blancs qui tombent dans la violence attaquent des juifs ou des sans-abri, les Noirs tuent des policiers, deviennent membres de gangs et s’entretuent.
Pourquoi Alan Dershowitz craint plus la gauche que la droite
Ecoutons le développement en 6 points de Dennis Prager, universitaire, écrivain, animateur radio et président de l’université Prager :
1. Les races
La position des conservateurs et des modérés sur la race est que :
a) la couleur de la peau d’une personne n’est pas signifiante et
b) ceux qui croient que la race est significative sont racistes.
La gauche croit tout le contraire. À gauche, c’est l’attitude conservatrice envers la race (la couleur de votre peau est sans importance) qui est considérée comme raciste. Les conservateurs, les libéraux et les gens modérés ont toujours été passionnément attachés à l’intégration raciale, tandis que la gauche est de plus en plus attachée à la ségrégation raciale – comme les dortoirs entièrement noirs et les diplômes universitaires séparés pour les Noirs.
2. Le capitalisme
La droite a toujours été pro-capitalisme, parce qu’elle est attachée à la libre entreprise et parce qu’elle sait que le capitalisme est le seul moyen de sortir un grand nombre de personnes de la pauvreté. Il est vrai que selon les pays, la droite veut que le gouvernement joue un plus grand rôle dans l’économie que les conservateurs, mais la droite ne se s’oppose jamais au capitalisme, et elle n’a jamais été pour le socialisme. L’opposition au capitalisme et la défense du socialisme sont des valeurs de gauche.
3. Le nationalisme
La droite croit en l’État-nation, qu’il s’agisse des États-Unis, du Brésil ou de la France. Mais parce que la gauche divise le monde par classe plutôt que par identité nationale, elle s’est toujours opposée au nationalisme. Ainsi, alors que la droite a toujours voulu protéger la souveraineté et les frontières américaines, la gauche est pour l’ouverture totale des frontières.
Quand les écrivains de Superman étaient de droite, Superman était un Américain fier dont la devise était “Vérité, justice, et le système américain”. Mais tout cela a changé il y a quelques années, lorsque des écrivains de gauche ont repris la bande dessinée et ont demandé à Superman de renoncer à sa citoyenneté américaine pour devenir un citoyen du monde.
La gauche méprise le nationalisme, qu’elle considère comme la voie du fascisme. Elle veut que nous soyons tous “citoyens du monde” dans un monde sans frontières.
4. Comment ils voient l’Amérique
La droite a toujours vénéré l’Amérique. Regardez des films américains des années 1930 aux années 1950 et vous verrez des films ouvertement patriotiques, américains – des films qui célèbrent l’Amérique – et ils étaient pratiquement tous produits, réalisés et joués par des gens de droite.
Les gens de droite étaient tout à fait conscients des imperfections de l’Amérique, mais ils étaient d’accord avec Abraham Lincoln que l’Amérique est “le dernier, le meilleur espoir de la terre”.
La gauche, cependant, croit que “la gauche est le dernier, le meilleur espoir de la terre” et elle considère l’Amérique comme raciste, sexiste, homophobe, xénophobe, violente et impérialiste.
5. La liberté d’expression
Personne n’a été plus engagé que la gauche américaine pour la célèbre déclaration, “Je désapprouve totalement ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire.”
Mais la gauche est à l’origine de la première suppression généralisée de la liberté d’expression dans l’histoire américaine moderne – des universités aux sociétés de technologie qui régissent l’Internet, en passant par presque toutes les autres institutions, médias et lieux de travail.
Bien sûr, la gauche prétend ne s’opposer qu’au “discours de haine”. Mais si l’on met de côté le fait que la gauche considère que le “discours haineux” est tout ce avec quoi elle n’est pas d’accord, la protection de ce que vous ou moi pourrions considérer comme discours de haine est la raison d’être de la liberté d’expression. Retrouvez l’article sur Dreuz.info

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements