Permis français en Israël : la France bloque !

Placeholder

Product Description

Dans ma dernière tribune publiée ici-même (et pour laquelle j’ai reçu près de 100 e-mails – auxquels je n’ai pas pu répondre à tous malheureusement), j’expliquais qu’enfin, les permis de conduire français allaient être reconnus en Israël.
C’est d’ailleurs la volonté du gouvernement israélien. Il a donné son accord et souhaite qu’au plus vite, tous les immigrants de France, peu importe la date de leur alyah, puissent obtenir une reconnaissance de leur permis français afin de conduire légalement en Israël sans avoir à passer par la case examen (et par la banque également).
Mais, et vous le comprendrez aisément, Israël demande une réciprocité de la France. En fait, Israël propose à la France le même contrat de confiance qui a été signé avec l’Italie, pour les immigrants de ce pays… A savoir, une reconnaissance du permis israéien pour les immigrants ou les résidents israéliens dans ces pays.
Et c’est là où le bât blesse.
Lors de ma première rencontre avec Son Excellence l’Ambassadrice de France en Israël, Madame Hélène Le Gal, j’ai soulevé plusieurs problématiques qui nous concernent tous, Français d’Israël.
Les deux premières sont insolvables par le Quai d’Orsay, mais il est important de faire remonter les informations :
- J’ai rappelé que depuis le mi-mandat de Nicolas Sarkozy, les retraites n’ont pas été réévaluées à la hausse, ce qui induit donc une perte considérable du pouvoir d’achat de nos seniors – et nombreux sont les retraités français à avoir choisi Israël pour une fin de vie heureuse et méritée.
- J’ai également signifié qu’en 3 ans, le cours de l’Euro face au Shekel, a dégringolé. Quand 1 euro valait 5 shekels, il n’en vaut plus que 4 aujourd’hui, ce qui représente un appauvrissement considérable des Français qui, comme les retraités, perçoivent leurs retraites en Euros. J’ai d’ailleurs envoyé une lettre au Ministre de l’économie et au Ministre des finances, afin de proposer une retraite pour les Français de l’étranger, indexée sur un taux annuel qui ne descendra pas. Mais pour l’heure, vous l’imaginez, aucune réponse.
La troisième problématique était celle des permis de conduire. Et à ma question, posée avant l’accord d’Israël, l’Ambassadrice avait répondu : “vous avez mon engagement, je travaillerai avec vous et j’en parlerai au gouvernement Israélien.”
Madame l’Ambassadrice de France en Israël, la vie de nos concitoyens français en Israël n’est pas des plus simples et comme je viens de le montrer, l’appauvrissement de notre communauté est un réel danger. Il est urgent d’aider les Français à obtenir leur reconnaissance du permis de conduire, afin qu’ils puissent mieux se déplacer et trouver des emplois qui rémunèrent davantage.
A présent, l’avenir de dizaines de milliers de personnes est entre vos mains… Et nous vous savons assez proche du Président François Hollande, qui est votre ami et que vous avez conseillé, pour le guider vers une issue positive à nos revendications. Dans 5 mois, il sera peut-être trop tard.

Nous comptons sur vous !

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements