Pas tes enfants, tes bâtisseurs…

bernardzazouri2011site
Pas tes enfants, tes bâtisseurs...

Product Description

Dès le lendemain de l’enlèvement de nos trois fils dans le Goush Etsion, on pouvait voir, sur toutes les routes de Judée-Sama- rie, des jeunes faisant de l’auto-stop. Envers et contre tous. Nombre de médias n’ont pas hésité d’ailleurs à fustiger ce comportement irresponsable, cette insupportable légèreté, cette suprême étourderie. Pourquoi permettre à des enfants ce qu’on interdit à des soldats en arme?

Ne comprennent-ils pas que «les territoires» sont vus par le monde entier comme l’œil du cyclone?
Et où sont donc leurs parents? Leurs éduca- teurs? Leurs rabbins?

Alors bien sûr, sur la Toile, quelques blagueurs cyniques raconteront, en citant leurs sources, qu’en Israël on peut se faire tuer ou enlever même si on est la prudence même. Mais entre nous, est-ce vraiment si compliqué de prendre un minimum de précautions quand le Hamas, le Fatah, les Frères Musulmans, les brigades des martyrs d’Al-Aqsa et je ne sais quels groupuscules salafistes hantent les routes sur lesquelles vous évoluez au quotidien?

Comme il est aisé de faire la morale. Comme il est de bon ton de partir en permanence du raisonnement simpliste, mais si confortable, qui veut que l’autre est un âne, borné et inconscient. Surtout si c’est un ado.

Mais qu’avons-nous à lui offrir à cet ado? Une vie dans des villages entourés de barbelés et de grillages électrifiés? Des autobus blindés? Des histoires de bébés égorgés dans leurs lits? Quel comportement doit-il adopter pour être bien vu de ses parents, de son pays, de l’ONU, de la presse, de la gauche israélienne? Ou bien, comme l’agneau de La Fontaine, est- il coupable quoi qu’il fasse…
Et si son instinct lui dictait une autre voie, fol- le, risquée, mais peut-être la seule valable en définitive. Vivre. Et advienne que pourra. Vivre, libre comme l’air, pour poser son empreinte dans la réalité. Je vis, donc je suis. Sans compromis, sans trembler à chaque instant, sans réfléchir une heure pour chaque décision ou action.
Parce que notre vie de prudence et de décisions politiques mal assumées n’en est pas une; c’est une petite mort. Un retrait unilatéral de ses idées, de ses croyances, de ses convictions. Cet ado refuse d’avoir peur, même quand il a un peu peur. Parce qu’il est un bâ- tisseur. Pas seulement le fils ou la fille de quelqu’un. Un bâtisseur du peuple. Celui qui fera, du rêve comme du cauchemar, une réalité. Une marche en avant. 

 

Bernard Zanzouri 

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements