Pas d’amalgame

Placeholder

Product Description

La Justice est l’un des piliers fondateurs du régime démocratique, elle se doit d’être incorruptible, et politiquement neutre. Cependant, la confiance des citoyens israéliens dans le système juridique ne fait que décroître. Des décisions impopulaires au fils des années tels que : l’évacuation d’une partie du yishouv Amona, le refus du rachat de maisons par des Juifs à Hébron, la clôture des dossiers sur les enfants yéménites enlevés à leurs parents, … ont accru cette perte de confiance. Peut-être est-ce tout simplement le résultat de la politisation du pouvoir judiciaire ? Aujourd’hui, il est difficile de définir clairement les limites du pouvoir judiciaire, qui intervient dans chaque décision gouvernementale, balayant l’autorité du pouvoir exécutif.
La dernière décision politique de la Présidente de la Cour Suprême, la juge Myriam Nahor, est le refus d’assister à la cérémonie des 50 ans de la libération de Yéhuda et Shomron, du Golan et de la plaine de la Béka. Et ce, après que le député arabe-israélien d’extrême gauche (Meretz), Issawi Frej, condamna l’événement et le gouvernement israélien d’avoir “volé” ces territoires aux arabes. En tant que Présidente de la Cour Suprême de l’Etat d’Israël, la juge Nahor se devait d’être présente à la cérémonie, aux côtés du gouvernement. Une telle prise de position remet en question notre souveraineté sur Jérusalem, qui fut libérée au même moment. Nos juges se doivent d’être fidèles à l’Etat d’Israël dans sa globalité, et ne pas mettre en doute son autorité, sa souveraineté, ainsi que les droits de ses citoyens. Le fait d’être en haut de la pyramide a déconnecté une grande partie de nos juges du reste de la société, les aveuglant sur les problèmes réels et leur enlevant toute objectivité. De plus, la condamnation du député Frej, n’aurait pas dû influencer la juge puisqu’il déclara lui-même en 2009 n’être membre du parti d’extrême gauche uniquement que pour des raisons pratiques, mais rejoint entièrement l’idéologie du parti de la Liste Unifiée Arabe, qui pour rappel prône la destruction de l’Etat Juif, et soutient le terrorisme !
Ceux qui brillaient également par leur absence lors de cet événement, étaient les représentants du parti l’Union Sioniste, qui ont préféré le boycott car aucun membre de leur parti n’était invité à faire de discours ! Excuse dictée uniquement par l’ego, sans mesurer l’impact de l’image que nous renvoyons au monde, surtout quand des dignitaires étrangers invités ont également boycottés la cérémonie pour cause de non reconnaissance de notre souveraineté.
Judith Yana
Juriste – Comptable Agrée
© Tous droits réservés Judith Yana-2017

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements