PARLONS VRAI

Placeholder

Product Description

Que nous réserve le nouveau plan de paix américain ? La rumeur parle d’une internationalisation de Jérusalem. Une chose est sûre, et les américains nous avaient averti, ce plan exigera de nous des concessions difficiles. La reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël par Trump était-elle alors un appât ? Avec ou sans son intervention Jérusalem fut, est, et sera toujours la capitale de l’Etat Juif, n’en déplaise au monde. Sinon pourquoi les dirigeants étrangers viennent-ils y rencontrer notre pouvoir politique, et y contracter des accords ? Malgré leur déni officiel, ces mêmes dirigeants reconnaissent officieusement notre souveraineté. Au lieu de considérer Israël comme le problème mondial, il suffirait de recentrer le conflit israélo-palestinien en s’appuyant sur l’histoire. Le Monde trouverait l’origine et la solution de ce conflit en Jordanie. Ce territoire jusque-là non identifié, et que personne ne réclamait, dépourvu de populations sédentaires à l’exception d’un îlot à Petra peuplée jusqu’au 8ème siècle de Nabatéens, est déserté depuis lors, devenant une zone de passage pour toutes sortes de populations nomades, a été offert en 1922 par les Britanniques. Ainsi la Jordanie est créée, suite à une promesse faite à Abdallah bin al-Hussein, en compensation de son aide précieuse apportée aux Britanniques lors de la Première Guerre Mondiale, puis lors de la Seconde Guerre Mondiale par le biais de la Légion Arabe. En 1946, la Jordanie est officialisée par le monde. Abdallah devint le 1er Roi de la Transjordanie, originaire d’Arabie-Saoudite, et n’ayant jamais habité l’immense territoire dont on l’a gratifié. Il essaya grâce à ce cadeau incongru de réaliser le rêve familial qui était de mettre en place une monarchie arabe unifiée comprenant la Syrie, l’Irak, la Jordanie et une partie de la Palestine. Donc à l’époque, il semblerait commun que quiconque ai apporté une aide aux forces armées coloniales de France et d’Angleterre se serait vu gratifié d’un territoire aux contours dessinés par les Occidentaux, balayant la réalité historique et ne tenant pas compte des spécificités ethniques de la région. Pourquoi, malgré notre histoire et notre présence continuelle en Israël, notre indépendance a été reconnu par les Nations, uniquement en 1948 ? Et même après notre indépendance, notre souveraineté a été bafouée par la Jordanie sans aucune réaction du monde. Lors de la Guerre d’Indépendance, la Jordanie prend le contrôle de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, ainsi que des lieux saints, détruisant une partie des témoignages de la présence juive : synagogues, cimetières, et réservant aux habitants de Jérusalem une vie plus que pénible. Le monde épingle chacun de nos faits et gestes envers les Palestiniens, qui occultent l’histoire. Notre lien avec cette Terre est inéluctable, et les faits historiques, et démographiques le prouvent. Jusqu’en 1948, les seules périodes où les Juifs étaient en minorité, étaient durant les invasions arabes par les Mamelouks ou l’Empire Ottoman. Et encore, à l’époque ottomane un doute subsiste puisque le recensement ne prenait en compte que les citoyens officiels de l’empire. Le conflit israélo-palestinien n’a pas de raison d’être, il devrait se régler par un déplacement des populations palestiniennes en Jordanie. Si un Etat Palestinien doit voir le jour, c’est en Jordanie tout naturellement qu’il doit se construire, puisque plus de 60% de la population jordanienne se dit palestinienne. Notre Peuple, jusqu’à aujourd’hui, sur sa propre Terre a déjà trop souvent été déplacé à tort. A la veille de Pessah’, souhaitons qu’Israël se libérera de ses prédateurs. Pessah’ Casher ve Sameah’ à tous.
Judith Yana

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements