Ouman, Roch Hachana… et les femmes

Placeholder

Product Description

Et nous, les femmes ? Qui sommes-nous ? Sommes-nous seulement des “chiffons rapiécés” pour qu’on soit abandonnées à la maison ? N’avons-nous pas nous aussi un côté spirituel qui devrait être développé ? Nos prières ne sont-elles pas importantes ?
Ça y est ! Il est parti. Chaque année – avant Roch Hachana – mon mari prépare ses bagages, quitte sa famille et s’envole en destination de la ville d’Ouman, vers la tombe de Rabbi Na’hman. Il y a longtemps, lorsque mon mari et moi nous nous fréquentions en vue de nous marier et que j’étais alors une fidèle “litvak” (terme généralement utilisé aujourd’hui pour décrire quelqu’un qui n’est pas ‘hassid), mon mari me fit savoir que son minhag (coutume) consistait à se trouver auprès du “Tsadiq haÉmeth” (le vrai Tsadiq), pendant Roch Hachana. Bien que je voyais cela d’un mauvais œil, je l’aimais suffisamment pour passer outre et me marier avec lui.
À cette époque, le kibboutz (rassemblement) de Roch Hachana à Ouman n’était rien d’autre qu’un rêve apparemment impossible. Personne ne pouvait s’imaginer que le “rideau de fer” disparaîtrait un jour dans l’oubli. De ce fait, au lieu d’aller en Ukraine, les hommes allaient à Méron sur la tombe de Rabbi Chim’on bar Yo’haï, l’auteur du Zohar – un vrai tsadiq, un tsadiq haÉmeth.
Je me souviens que la première année, je m’étais sentie comme blessée. Mon mari était parti camper, il prenait du bon temps en me laissant à la maison toute seule ; pour être franche: j’enrageais en silence ! J’enviais les jeunes couples que je voyais sortir de la synagogue pour rentrer chez eux : ils semblaient si heureux. J’imaginais que mon mari passait de merveilleux moments là-haut dans les montagnes, pendant que j’étais à la maison, seule, misérable. Ma décision était prise : c’était la dernière fois que j’acceptais qu’il fasse un tel voyage !
À motsé Yom Tov (la fin du jour de fête), mon mari est réapparu… éreinté. Quand je lui ai demandé s’il avait eu du bon temps, il m’a regardé comme-ci j’étais un peu folle. “Du bon temps ?” demanda-t-il. “J’ai à peine eu le temps de manger ! La prière a commencé à 5 heures du matin, et on n’a pas fini avant presque 4 heures de l’après-midi ! J’étais tellement occupé avec les prières et la lecture des Tehilim (Psaumes) que j’ai tout juste dormi 3 heures dans la nuit.” J’étais désolée pour lui.
“C’est terrible. Quelle déception” commençais-je, essayant de sembler emphatique (bien que personnellement, je ne pouvais m’imager pour quelle raison quelqu’un pouvait décider de se faire subir une telle torture).
“Quelle déception ? Ce fut vraiment la plus merveilleuse expérience au monde !” me répondit-il. Je pouvais ressentir son ivresse.
J’étais totalement confuse. Si ce n’était pas agréable, de quelle façon cela pouvait être merveilleux ? M’étais-je mariée avec une espèce de masochiste ?
Roch Hachana est une affaire sérieuse.
Rabbi Nathan a dit : “Le vrai commencement est à Roch Hachana. La vitalité et le tiqoun (rectification) pour l’année entière sont décidés à Roch Hachana. C’est la raison pour laquelle on dit Roch Hachana, car ‘roch’ signifie ‘la tête’.”
On a tendance à croire qu’un Yom Tov (un jour de fête juive) doit être un moment familial, un moment où l’on s’assoie autour de la table et où l’on passe des moments privilégiés ensemble, un temps où l’on étudie la Tora, où l’on se promène, où l’on chante des zémiroth (chansons). De fait, la majorité des Yamim Tovim sont vraiment des moments pour la famille. Le Yom Tov est décrit comme étant “zman sim’haténou” – un temps pour être heureux et se réjouir. Cependant, même si Roch Hachana et Yom Kipour sont des Yamim Tovim, ils n’entrent pas dans la catégorie du “zman sim’haténou”. Roch Hachana et Yom Kipour sont des jours différents qui sont consacrés au dur travail de la prière.
Dans les synagogues orthodoxes, les hommes et les femmes sont séparés. C’est justement parce que la prière est une affaire sérieuse. La synagogue n’est pas un lieu de socialisation consacré à “un moment familial spécial”. La synagogue est le lieu pour communiquer avec notre Créateur. Prier est un réel “travail”, un travail dur. En fait, le mot “‘avoda” (travail), est utilisé de façon interchangeable avec le mot “tefila” (prière).
Lorsque j’ai découvert cela, j’ai compris la réponse de mon mari. Roch Hachana n’est pas un temps pour “prendre du plaisir”. Roch Hachana est un jour totalement consacré à la prière. C’est un jour de dur labeur – le dur labeur de la prière ! (Existe-t-il quelque chose de plus grisant que de travailler dur et d’accomplir quelque chose ?)
Tout est décidé à Roch Hachana : qui vivra, qui mourra, qui sera en bonne santé, qui sera malade, qui sera riche, qui perdra sa fortune. Pour un jour si crucial, il n’est pas difficile de comprendre la raison pour laquelle une personne désire se trouver dans un lieu où elle peut atteindre le maximum de résultats avec sa prière, et où elle peut prier avec le maximum de qavana (concentration).
Rabbi Na’hman a écrit : “Seulement les tsadiqim de chaque génération comprennent la prière” (Liqouté Moharan 141). En s’attachant au tsadiq, on démontre vraiment qu’on est prêt à accepter l’enseignement de celui-ci. Accepter son enseignement est un réel acte d’humilité : cela prouve qu’on comprend – réellement – qu’on ne sait pas tout. Et l’humilité est un prérequis pour une prière adéquate. Après tout, comment peut-on faire entrer D-ieu dans notre vie, si nous n’avons pas de place pour Lui, si le “je” au fond de moi est si grand que l’on ne peut admettre qu’on n’est pas l’autorité ultime dans le monde ?
Selon le judaïsme hérité de la Tora, chaque personne est entraînée vers un chemin spirituel qui correspond à sa néchama (âme) qui est unique. Lorsque l’homme de notre vie découvre qu’être breslev est le chemin de “notre” vie, en tant que partenaire et épouse loyale, c’est notre privilège de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le seconder sur ce chemin. Cela est encore plus vrai pour Roch Hachana, lorsque notre mari implore Hachem. Toutes les prières qu’il prononce au cours de la journée ne sont pas seulement pour son bien-être personnel, mais aussi pour celui de sa famille, ainsi que pour le bien-être du peuple juif dans son unité. C’est pour cela que nous devrions comprendre l’importance qu’il soit dans un lieu où ses prières pourront avoir le maximum d’efficacité. Cet endroit possède son maître spirituel : Rabbi Na’hman à Ouman. D’ailleurs, à propos du rassemblement de Roch Hachana, Rabbi Na’hman a lui-même dit : “Personne ne doit manquer.” (Tsadiq 404).

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements