Municipales : les franco-israéliens entrent en politique

Placeholder

Product Description

C’’est une vraie révolution à laquelle goûte les israéliens : les français débarquent dans le monde politique ! Les élections municipales du 30 octobre approchent à grand pas et avec elles, la probable arrivée au sein des conseils municipaux, d’élus francophones.
A l’heure où ces lignes sont écrites, les listes ne sont pas officiellement publiées. Mais on sait déjà qu’il y aura des français dans la plupart des grandes villes francophones d’Israël, et dans la capitale en tête !
A Jérusalem, il pourrait y avoir jusqu’à 6 francophones d’élus dans diverses listes, à Tel-Aviv au moins 3 francophones devraient concourir. A Netanya Yoni Chetboun se fait un merveilleux porte-drapeau de l’immigration de France, et à Ashdod les pourparlers avancent bien également même si l’on assiste toujours à des luttes d’égos.
A Raanana, c’est sous le drapeau d’Aleinu que l’immigration française se démarque.
Aleinu est un nouveau mouvement politique, créé par des olims. Et malgré cela, il est non-clivant. Aleinu regroupe des militants, des bénévoles et des sympathisans venus de tout le spectre politique, de droite, de centre, ou de gauche. Des religieux, des traditionalistes, et des laïcs. L’objectif d’Aleinu est d’apporter des solutions politiques aux problèmes liés, entre autres, à l’immigration. Mais pas que !
Ainsi, des candidats soutenus par Aleinu s’intègrent dans des listes diverses… Ou créent leurs propres listes.
Le pédiatre Michael Wolf fait parti de la relève politique francophone d’Israël. Déjà très impliqué dans la vie communautaire (il produit une émission francophone sur Radio Tandem et un jeu TV sur Annatel Plus). S’il est difficile de savoir où il se situe réellement sur l’échiquier, sa candidature à la mairie de Raanana est le symbole de la force politique qui manquait jusqu’alors, à notre paysage politique local.
Non pas qu’il faille absolument nous “regrouper” – non pas qu’il faille “être entre français uniquement” – mais avoir une force politique c’est gagner des droits. L’immigration Russe l’a très bien compris et a gagné beaucoup en influence depuis les années 1990 ! Les éthiopiens aussi d’ailleurs (ils ont par exemple le droit à une loterie qui offre tous les ans des dizaines de milliers de shekels de remboursement de certaines taxes à l’achat d’un bien immobilier).
Se regrouper derrière l’alyah française pour assurer à nos enfants une meilleure éducation, à nos parents des services sanitaires et sociaux meilleurs, et à la population active davantage de place dans les administrations (par exemple), c’est faire en sorte que notre avenir soit meilleur. Nous existons en tant que communauté, qu’on le veuille ou non. Et notre génération d’immigrants est une génération “perdue.” Nous sommes venus ici pour nos enfants et pour les générations à venir. Alors, à nous de nous mobiliser, et le jour des élections, de voter pour les listes qui nous défendrons le mieux. Nous franco-israéliens. Nous immigrants francophones. Nous, israéliens et fiers de l’être !

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements