Mon D… protège-nous de nos “amis”, nos ennemis on s’en charge

Placeholder

Product Description

Quand il s’agit de condamner Israël, l’ONU ne connaît pas la trêve des confiseurs, quel meilleur moment que la période de fin d’année, de surcroît un vendredi avant shabbat pour faire passer haineusement une énième résolution contre nous. Nous sommes l’obsession du tandem Obama/Kerry qui ne se sent pas capable de passer aux oubliettes de l’Histoire, avant d’avoir tenté une dernière fois, par traîtrise, un coup de vache qui nous mettrait selon eux au pied du mur, une manœuvre qui irait dans le sens des multiples courants antisémites et de la dialectique mensongère des pays arabes. La résolution 2334 de l’ONU, adoptée vendredi 23 décembre, est un déni de la souveraineté de l’Etat d’Israël. Nous ne changerons pas les mentalités et les opinions des nations étrangères, qui sont antisémites, un point c’est tout, et cette affirmation n’est nullement basée sur un syndrome de persécution mais uniquement sur des faits réels analysés à la lueur de l’objectivité. Les manigances de dernière minute de Barack Obama, et de Kerry n’ont rien de surprenante. Certains les surnomment “traîtres” mais pour cela il aurait fallu qu’ils fussent au préalable, et à un quelconque moment, nos “amis”. Le monde appelle de ses vœux l’existence d’un Etat palestinien, comme un remède à tous les maux des pays arabes, et surtout un gage pour la sécurité de l’Occident sur le déclin, cela pourrait expliquer leur empressement à vouloir nous imposer des solutions bancales, peu crédibles, et qui mettraient en péril notre devenir. Mais comme toujours, qu’est-ce qu’un Juif dans la balance des pantins qui se veulent gendarmes du monde. En 1948, les Arabes avaient la possibilité d’avoir un Etat en Palestine au côté d’Israël, mais ils l’ont refusé, misant sur notre disparition. Peut-on affirmer que cette dernière option a complètement disparu de leurs esprits ? Leur discours victimaire ne cacherait-il pas sournoisement d’autres visées ? Epaulés en cela, par grand nombre de nations. Le pire dans toute cette histoire, est le comportement de certains de nos politiques, tels qu’Ehud Barak et Zaava Galon. Au lieu de s’indigner de cette résolution scandaleuse, Ehud Barak fustige le gouvernement, en nous expliquant que Binyamin Netanyahou est fini, et se fait passer pour le sauveur. Ehud, nous n’oublions pas que vous étiez prêt à tout donner à Yasser Arafat lors des accords de Camp David… La seule réponse que nous devons leur donner, c’est celle de construire, et de construire encore, de s’étaler dans notre propre pays souverain. Nous ne devons pas accepter que La Terre d’Israël soit un tremplin pour servir les intérêts personnels des mégalomanes du monde et de notre pays.

Judith Yana
Juriste – Comptable Agréée

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements