Lutter contre la désinformation grâce au “naming & shaming”

Placeholder

Product Description

A l’époque où mon occupation principale était la lutte contre la désinformation – une mission que je m’étais donnée en 2008 en lançant JSSNews.com, je ne me doutais pas à quel point celle-ci était constante en France et encore moins que les seules méthodes valables pour lutter contre ce fléau, sont malheureusement les plus agressives (toutes proportions gardées).
Comme beaucoup, j’ai été initié à la propagande des médias par Philippe Karsenty. L’exposé magistral qu’il tient dans ses conférences ainsi que le livre qu’il vient d’éditer sur l’affaire Al Durah («Menaces, Mensonges et Vidéos» ; d’Esther Shapira, – La Maison d’Edition) vont choquer ceux qui croient que “ils l’ont dit à la télé, donc c’est vrai.”
De nos jours, la désinformation est encore plus vicieuse… Quand le Figaro titre “un palestinien tué à Jérusalem” et que l’on trouve au 5ème paragraphe (vraiment !) l’information sur les circonstances de sa mort (il a tué une mère et son enfant avant qu’un policier ne lui règle son compte) – l’impact est colossal ! Et si je donne autant d’importance aux titres des articles et des dépêches, c’est parce que dans un monde où Twitter devient le premier fil info au monde, l’impact du titre (parce qu’il fait moins de 140 caractères) est colossal. On voit le titre, mais pas le 5ème paragraphe.
Mais alors, que faire contre la désinformation ? Lutter contre les journaux ? Non. Ils sont trop forts et ne publient jamais de correctifs. Je crois que le seul moyen de lutter efficacement contre la propagande qui tue et incite à la haine des Juifs, c’est ce que les Américains appellent “naming and shaming” – en français “nommer et faire honte.”
La recette est simple:
- Ecrire un texte court qui explique, factuellement, en quoi l’article/le reportage est faux et pourquoi, selon-vous, il a été volontairement biaisé.
- Rechercher des informations sur le journaliste, ses articles passés, sa carrière, et pourquoi il déteste autant l’Etat des Juifs.
- Prendre le nom du journaliste, le mettre en exergue, le salir tout comme il salit Israël. Lui rendre la monnaie de sa pièce.
Je me souviens par exemple d’un article publié dans Le Point où le journaliste dénonçait “les spoliations” d’Israël. Après quelques recherches, nous avions pu publier le casier judiciaire du journaliste – par ailleurs ami de Tariq Ramadan. Il avait été condamné par la justice pour diffamation, vol à l’étalage, outrage, violence, appels téléphoniques malveillants et subornation de témoin. Le type ment sur Israël et invente des spoliations israéliennes alors qu’il a été condamné pour “vol” et “violences” ? Non, ce n’est pas une blague… Et je peux vous assurer que, depuis notre article, il n’a plus jamais publié un seul article sur Israël !
Tout le monde peut jouer. Trouvez des mensonges, dénoncez-les, enquêtez sur les journalistes malveillants envers les Juifs qui vivent en Israël, et dénoncez-les ! Facebook et Twitter ont un pouvoir que vous n’imaginez même pas.

Par Jonathan-Simon Sellem
Représentant élu des Français d’Israël

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements