L’hypocrisie permanente de l’Europe

Placeholder

Product Description

En 2003, peu après que l’opposition iranienne ne révèle l’existence du programme nucléaire secret de Téhéran, trois puissances mondiales – l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni – ont engagé leurs efforts, avec Javier Solana, alors chef de la politique étrangère de l’UE, afin de persuader les iraniens de cesser la course au nucléaire. Les Européens ont appelé ces négociations, qui ont duré trois ans, un “discours critique”.
Cela signifiait, ironisaient les cyniques, qu’Européens et Iraniens s’asseyaient ensemble pour critiquer les Etats-Unis. Il va sans dire que ces pourparlers ont abouti à un échec abject : les Iraniens ont signé des accords avec les Européens, mais les ont violés avant même que l’encre ne soit sèche. Nous aurions dû nous attendre à ce que les Européens apprennent de leur incapacité à faire face à la ruse iranienne, mais les Européens excellent à recycler constamment leurs erreurs et leurs échecs.
Une journée avant la décision du président américain Donald Trump sur l’avenir de l’accord nucléaire iranien, le 10 janvier 2018, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif s’est rendu à Bruxelles pour une réunion avec les représentants des 3 principales puissances européennes. Au lieu d’être réprimandé pour la répression meurtrière des manifestations actuelles contre le gouvernement iranien, pour le développement continu de son programme de missiles balistiques et pour sa participation croissante à l’instabilité au Moyen-Orient, les ministres des Affaires étrangères ont donné à l’Iran leur support complet face à Trump.
Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel est allé jusqu’à dire que l’Europe et l’Iran veulent protéger l’accord nucléaire de toute décision contraire. Et tandis que Gabriel défendait le régime iranien, les autorités allemandes étaient occupées à faire rentrer clandestinement l’ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi, au milieu d’une procédure médicale complexe, depuis son hôpital en Allemagne jusqu’à son retour en Iran.
Shahroudi a dirigé le pouvoir judiciaire iranien de 1999 à 2009. Pendant cette période, il a procédé à plus de 2.000 exécutions, notamment d’enfants, tout en supervisant la torture et l’arrestation de militants politiques et civiques. Après que des dissidents iraniens ont exposé son hospitalisation en Allemagne, des plaintes ont été déposées en Allemagne pour l’arrêter. Le gouvernement Merkel, qui a facilité l’arrivée de Shahroudi, a également pris soin de le ramener chez lui en toute sécurité.
Sigmar Gabriel a été le premier haut fonctionnaire occidental à se rendre en Iran, avant même que l’accord nucléaire ne soit approuvé, pour garantir les intérêts économiques de l’Allemagne dans un pays que Berlin considère comme un allié historique. Ces intérêts contraignent l’Allemagne et l’UE à soutenir Téhéran par rapport à Washington. Les principes “universels et humanitaires” ne sont apparemment plus un facteur pour les Européens. Leur soutien à l’Iran les prive du droit de prêcher la moralité aux autres et les rend seuls responsables du développement d’une bombe nucléaire iranienne.

  1. CharlesCoivy
    CharlesCoivy - at - - Reply

    Optimum higher education software essay creating assistance – Superior Educational Crafting Webpage – We Enable College students To acquire Top-Quality Paper Assignments It is possible to Rely upon.

    http://acecelent.com/blog/2017/12/03/lab-document-composing-support-a-specialist/

  2. CharlesCoivy
    CharlesCoivy - at - - Reply

    Ads by Google shows essay composing products and services which can be not engineered lo provide you with suggestions lo learners in relation to the composing practice, but relatively, deliver essays.

    http://crane365.com/2018/01/29/writing-a-superb-lab-review-natural-hormones/

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements