Les terroristes, on les butera même dans les “chiottes”

Placeholder

Product Description

Orlando, Tel-Aviv, Bruxelles, Paris, Madrid, Londres… Partout, des massacres au nom de l’Islam. Partout, du terrorisme. Des civils. Des innocents. Des femmes, des enfants, des papys et mamies. Des homos. Des hétéros… A chaque fois, le même scénario. A chaque fois les mêmes flaques de sang. A chaque fois des vies et des familles brisées.
“Nous poursuivrons les terroristes partout [...]. Si on les prend dans les toilettes, eh bien, excusez-moi, on les butera dans les “chiottes”, avait lancé Vladimir Poutine en 1999. Il avait “choqué” les Nations. Et pourtant, en 2016, tout le monde semble s’accorder sur le fait qu’il faut “défoncer la porte des toilettes pour aller chercher les terroristes.” Sauf que, personne ne fait rien. Ou presque.
Une fois encore dans l’histoire contemporaine, les valeurs et les pratiques démocratiques sont défiées et menacées. L’islamisme présente toutes les caractéristiques d’un nouvel avatar des idéologies récusant la liberté de l’être humain et son droit à décider de son destin. Fascisme, nazisme et communisme prétendaient imposer une société nouvelle. A priori, ce n’est pas le cas de l’Etat Islamique (et de ses combattants), qui exige de revenir à ce qu’il imagine avoir été la société musulmane originelle, au VIIe siècle de notre ère.
Ce rejet de toute amélioration du sort de l’humanité par les hommes et les femmes eux-mêmes, cette négation du droit des hommes et des femmes au bonheur est une forme extrême de la barbarie, cette barbarie dont la démocratie tente de libérer des sociétés humaines.
Elle débat et décide en permanence depuis presque deux siècles et demi (1776 : Déclaration d’indépendance américaine) du contenu des droits individuels et collectifs. Elle brisa les chaînes monarchiques et aristocratiques à partir de la fin du XVIIIe siècle. Elle triompha en 1945 contre le nazisme, le fascisme et leurs émules. Elle l’emporta en 1989-1991 contre les communismes. La République populaire de Chine n’a plus de communiste que le nom du parti unique et le système répressif qui opprime la population. La dynastie des Kim, en Corée du Nord, se préoccupe moins d’idéologie que de sa survie. La démocratie se trouve aujourd’hui mise au défi de vaincre la nouvelle tyrannie qui veut sa mort.
Nul doute que le souvenir de ses combats passés lui donne l’intelligence et la force de résister et de triompher. Mais encore faudra-t-il agir avant qu’il ne soit trop tard. Est-ce que le déclic viendra de la guerre civile qui pend au nez de la France ? Probable. Est-ce qu’il viendra par l’élection d’un président courageux et téméraire ? Malheureusement, je n’y crois plus. Les élites sont éteintes. Ce sont des égo-leaders et non des hommes d’Etat. Ils pensent à eux et à leurs votes, et non au bien commun.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements