LES ENNEMIS D’ISRAEL

Placeholder

Product Description

Ces derniers temps, les ennemis d’ISRAEL ont trouvé deux nouvelles occasions d’exprimer leur détestation de l’État Juif.
À Bezons, petite ville à priori tranquille, le maire communiste, un certain Dominique Lesparre, a inauguré une allée de la Nakba. Sur la plaque apparaît un texte qui ne laisse aucun doute quant à son antisémitisme et son antisionisme virulent.
Il y est inscrit, en Français et en Arabe, “en mémoire de l’expulsion de 800 000 palestiniens et de la destruction des 532 villages en 1948 par le criminel de guerre David Ben Gourion”.
Ce triste individu, héritier direct du plus vil antisémitisme stalinien, a au grand jour exprimé sa soumission à la propagande qui est régulièrement injectée par les négationnistes de tous bords. Les mensonges, s’ajoutant à la manipulation et à la désinformation relayée avec complaisance par nombre de médias, ont réussi à contaminer une part importante de notre société. Ce virus, inoculé sous sa forme antisioniste, s’est très rapidement retrouvé sous sa forme pathologique qui est l’antisémitisme.
Papa Lesparre, à force de vomir son antisémitisme, a vu se développer au sein même de sa famille l’antisémitisme le plus pur.
Son fils, un certain Fabien Lesparre, se sentant libéré par les propos de son géniteur, s’est, par la publication de Tweets très explicites, montré être le digne fils de son abject de père.
Voici ce qu’il tweete : “qu’ils viennent ces porcs, j’ai de quoi les recevoir. Moi aussi je connais des fondus et en plus si ils savent que c’est un youpin, ça va être le feu”. Inutile d’aller plus loin dans cette démonstration du lien étroit entre l’antisionisme et l’antisémitisme.

L’extrême droite a utilisé et utilise encore la haine du Juif comme idéologie de base, l’extrême gauche et les communistes ont eu, pendant une période, besoin d’un masque, celui de l’antisionisme, avant de laisser transpirer leur antisémitisme. Aujourd’hui, c’est à visage découvert et sans complexe, qu’ils s’expriment faisant de ce nouvel antisémitisme leur principal argument électoral.

Pour poursuivre dans cette diffusion dangereuse de la haine, les mêmes groupuscules vont traverser Paris à bord de deux bateaux d’une soi-disant “Flottille pour Gaza”. Après avoir été reçus par la municipalité communiste de Gennevilliers, ils vont chercher un port d’attache devant l’institut du monde Arabe. N’ayant obtenu aucune autorisation d’accostage, ils tenteront d’y trouver des soutiens.
Tout au long de leur parcours, ils diffuseront leur propagande mensongère et essaieront de contaminer d’autres proies.
Après le père et le fils antisémites de Bezons, il sera intéressant de voir et de nommer ceux qui en soutenant cette “Flottille de la Haine” auront rejoint la Famille des Antisémite-Antisionistes.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements