Les défis d’Israël pour l’année 2020

Placeholder

Product Description

D’élections en élections, le petit État hébreux perpétue sa courte histoire, dans un contexte plutôt favorable.

Une puissance globale ?
Israël a dorénavant compris que le soft power et l’influence sont aussi importants, voire plus, que la technologie militaire et la puissance économique. Israël influence le monde grâce aux outils du 21e siècle. Les dynamiques des séries et des start-ups témoignent bien de cette stratégie de croissance de l’État hébreu. Sur un plan purement diplomatique, les rapprochements avec les pays de l’Amérique latine et de l’Asie du Sud et de l’Est sont une fois de plus significatifs. Des traités sont signés tous azimuts, exportant les savoirs et l’économie israélienne. Finalement, sur l’aspect diplomatique et médiatique, Israël opère petit à petit un retournement d’opinion. De nombreuses entreprises et secteurs des économies européennes sont tout à fait prêtes à travailler avec les entreprises israéliennes. Beaucoup d’experts de la sécurité des entreprises européennes reconnaissent objectivement les compétences techniques et novatrices du tissu entrepreneurial israélien.

Le défi gazaoui
À la fin du mois de décembre de l’année 2019, Aviv Kochavi, important représentant de l’armée israélienne exprimait ses souhaits d’un accord avec Gaza pour stimuler l’économie de l’enclave. Israël est en train de résoudre le problème à Gaza pour concentrer ses forces et son attention au Nord, contre l’Iran et ses vassaux. Pour rappel, la situation économique dans la bande de Gaza peut s’avérer problématique pour l’État hébreu. C’est une bombe à retardement qui est en passe d’être désamorcée, par l’économie et le développement. Cependant, il convient de préciser que cette bombe est sociale et démographique. La menace militaire posée par le Hamas est minime. Bien que les tirs de roquettes puissent bouleverser la vie de milliers de citoyens israéliens, l’existence même de l’État n’est pas remise en question : la menace demeure donc minime.

Le danger vient du Nord
L’année 2019 a vu Israël et l’Iran s’affronter indirectement en Syrie et un peu moins au Liban. Téhéran cible l’État hébreu depuis ses bases en Syrie et également grâce au Hezbollah. En Syrie, l’enjeu concerne des infrastructures. L’Iran construit des usines d’assemblages de missiles et des entrepôts de munitions. Au Liban, le Hezbollah est de plus en plus problématique car il est de plus en plus aguerri. Ses miliciens ont servi durant la guerre civile syrienne et ont acquis de l’expérience contre les rebelles syriens et d’autres groupes djihadistes.

En conclusion, Israël doit, comme tous les autres États se battre sur plusieurs fronts. Les élections à répétition ne semblent pas menacer l’État qui, par un tissu de fonctionnaires et soldats dévoués, demeure solide.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements