“Le visage souillé”

Placeholder

Product Description

“Le visage souillé”

 

L’É.ternel parla à Moché en disant : Tu feras un bassin d’airain et son support d’airain, pour l’ablution. Tu le placeras entre la Tente d’Assignation et l’Autel… Aharon et ses fils s’y laveront leurs mains et leurs pieds, quand ils viendront dans la Tente d’Assignation… ou quand ils s’approcheront vers l’Autel pour servir”, (Chemoth 30:17- 20). “Chaque matin, tout individu doit laver son visage, ses mains et ses pieds avant de prier (Rambam, Hilkhoth Tefila 4, 1). Depuis la destruction du Temple de Yerouchalayim, il y a plus de 1900 ans, D.ieu n’a pas communiqué avec les hommes dans une “Tente d’Assignation”, pas plus que les Cohanim ne Lui ont offert de sacrifices sur un Autel. Et pourtant, le Temple et le service qu’on y accomplissait restent jusqu’à aujourd’hui le véhicule de notre relation avec D.ieu. Mais aujourd’hui, ils existent dans une forme plus spirituelle. Selon nos Sages : “les prières quotidiennes ont été instituées à la place des offrandes quotidiennes” (Berakhoth 26a-b). “La table d’un individu est comparable à l’Autel” (‘Haguigua 27a) ; “Depuis le jour où le Temple a été détruit, D.ieu ne dispose que des quatre coudées de la Halakha” (là où l’on étudie la Torah–Berakhoth 8a). Ainsi nous observons que nombre de lois qui gèrent nos vies aujourd’hui, dérivent des lois du Beth Hamikdache et de son service : les moments désignés pour la prière correspondent aux moments où l’on apportait les sacrifices quotidiens dans le Temple ; à table, nous trempons le pain dans le sel parce que le sel accompagnait chaque sacrifice offert sur l’autel, etc…

Avant qu’un Cohen puisse accomplir son service dans le Temple ou entrer dans le Sanctuaire, il devait tout d’abord se purifier et se sanctifier en se lavant les mains et les pieds à une fontaine spécialement construite à cette intention. Car bien que la Torah nous instruise : “Connais-Le dans toutes tes voies” et que “Que tous tes actes soient faits pour l’amour de D.ieu”, il nous faut tout de même faire la distinction entre le monde qui se trouve en dehors du Temple et ce qui appartient exclusivement au domaine du Divin. Quand on pénètre le sanctuaire de D.ieu, on doit se débarrasser de la matérialité de la vie quotidienne, “laver ses mains” de tout ce qui est teinté de l’intérêt personnel et de la matérialité. C’est là le sens profond de la loi qui obligeait le Cohen à se laver les mains et les pieds avant de procéder au service de D.ieu. “Si tu manges le fruit du travail de tes mains, proclame le Psalmiste, tu seras heureux et tu connaîtras le bien”. Les enseignements de la ‘Hassidouth soulignent le sens profond de ce verset. Il s’agit, dans la recherche de notre subsistance, de ne nous investir que dans nos facultés les plus extérieures, laissant nos talents supérieurs libres de s’adonner exclusivement aux quêtes spirituelles.

Les “carrières” consument les jours et les nuits, les esprits et les coeurs – l’identité tout entière !

Les esprits et les coeurs doivent être purgés des préjugés et des tentations qui les assaillent dans le cours de leur engagement dans les affaires du monde, afin de communier avec D.ieu. – avec l’essence et le but de la Vie.

 

D’après les enseignements du Rabbi

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements