Le régime des mollahs en Iran aura bientôt quarante ans. Il n’a cessé d’être un régime abject.

Placeholder

Product Description

Il a fait passer le pays d’un régime autoritaire relativement ouvert (je suis allé en Iran à l’époque et je qualifie ainsi le régime du shah) à une dictature totalitaire. Il a fait retomber la population et la culture iranienne dans une nuit obscure, créé le désespoir, utilisé les exécutions sommaires massives et mis en place une police politique omniprésente.

Il a ravagé l’économie, qui montre partout des signes de délabrement. Il a fait assassiner ses opposants à l’étranger, et financé le terrorisme islamique mondial, qu’il soit chiite ou sunnite. Il mène depuis longtemps une politique expansionniste et a installé ou cherche à installer des dictatures à sa solde partout où il le peut. Il tient le Liban, où les Chrétiens sont réduits au statut de dhimmi. Il tient le régime Assad en Syrie et y procède à un changement de population destiné à accroître le nombre de chiites. Il a plongé le Yémen dans une guerre atroce destinée à déstabiliser la péninsule arabique.

Il finance le Hamas et porte une écrasante responsabilité dans les “marches” vers la frontière israélienne de ces dernières semaines et dans le recours aux cerf volants incendiaires qui ont ravagé des terres israéliennes. Il est à la pointe des discours haineux envers Israël et ne cache pas ses intentions génocidaires vis-à-vis du peuple juif israélien. Il a maté plusieurs fois dans le sang des soulèvements de sa population.

Il a été récompensé de toutes ses mauvaises actions par John Kerry et Barack Obama, qui ont tout fait pour que soit établi l’accord de juillet 2015 que Binyamin Netanyahou et Donald Trump ont eu entièrement raison de qualifier d’accord désastreux, car l’accord ne permet que des simulacres d’inspection, ne limite les activités nucléaires militaires du régime que dans les sites destinés à être inspectés (pas dans les autres), ne permet en rien de limiter le soutien du régime au terrorisme islamique et a même fait le contraire puisqu’en débloquant des centaines de millions de dollars de fonds, il a permis au régime de remplir à ras bords les comptes en banque d’organisations terroristes islamiques.
Donald Trump a fait sortir les Etats-Unis de l’accord, ce qu’il a pu faire très aisément, car John Kerry et Barak Obama se sont bien gardés de présenter le texte au Congrès pour ratification, sachant bien que le Congrès n’aurait pas ratifié un texte pareil.

Donald Trump a aussitot commencé à remettre en place des sanctions très dures dont l’effet commence à se faire sentir. Et le régime des mollahs est aux abois. Il recule en Syrie et au Yémen. Il est confronté pour la deuxième fois en moins d’un an à des émeutes. Il fait tirer dans la foule comme à son habitude et utilise des tribunaux d’exception pour que des condamnations à mort soient vite prononcées et vite exécutées. Parce que des groupes d’opposition ont organisé récemment un grand rassemblement à Paris, il a voulu y faire commetre un attentat qui, fort heureusement, a été déjoué. Parce que la Corée du Nord ne peut plus se le permettre dans le contexte de l’après Singapour, il n’a plus accès au nucléaire militaire nord coréen.

Cachant la panique qui le gagne et sachant détecter les lâches et les crétins sans scrupules lorsqu’il s’en présente à sa porte, il compte sur les Europeens pour le sauver. Et pour l’heure, les Européens semblent prêts à faire tout leur possible. Après la décision de Donald Trump (qualifiée, bien sûr, d’inepte et de dangereuse par les lâches et crétins sans scrupules), les Européens se sont réunis et ont dit qu’ils resteraient dans l’accord. Refusant de voir les preuves accablantes fournies au monde par le Mossad (et montrant que l’Iran ne respectait pas un accord de toutes façons pas du tout respectable), ils ont osé clamer, comme de vils négationnistes, que l’accord était très efficace. Rouhani, l’hypocrite et sournois pantin dont Khamenei tire les ficelles, se rend en Europe pour demander davantage aux Européens. Les entreprises et les banques européennes, malgré ce que disent Merkel, Macron et quelques autres, quittent l’Iran pour ne pas perdre le marché américain, mais rien ne dit que Merkel, Macron et quelques autres ne tenteront pas de recourir à des subterfuges.

Merkel, Macron, et quelques autres montrent en tout cas que. lorsqu’ils parlent de “valeurs européennes”, ils mentent à chaque mot. Ils cautionnent un régime criminel qui a ruiné son pays et qui tue et fait tuer au nom de l’islam radical et du djihad. Ils soutiennent un régime aux intentions génocidaires anti-israéliennes et anti-juives explicites. Dire qu’ils sont sordides est bien en deçà de la réalité.

Et ils se permettent de cracher sur Donald Trump! Et ils se permettent aussi de parler de “lèpre qui monte” et de “vent mauvais” pour qualifier des dirigeants tels que Victor Orban, et ce parce que des dirigeants tels que Victor Orban entendent défendre la civilisation occidentale face à l’islamisation ! Ils n’ont vraiment honte de rien ! Ils ne sont rien, ou pas grand chose : de méprisables imposteurs qui ne survivent à leurs postes que parce que les populations qu’ils régissent sont soumises et résignées. Jusqu’à quand soumission et résignation dureront-elles ? Le “vent mauvais” (mauvais surtout pour Merkel et Macron) qui souffle en Europe centrale et est passé par l’Autriche et l’Italie pourrait-il souffler jusqu’à Berlin et Paris? Merkel a sauvé provisoirement son gouvernement. Macron a encore du temps devant lui, beaucoup trop de temps.
PS : C’est grâce au “vent mauvais” qu’un peu d’honneur est revenu en Europe concernant le dossier iranien. Le jeune chancelier autrichien Sebastian Kurz qui “gouverne avec l’extrême droite”, comme on dit en France, a déclaré à Rouhani qu’”appeler à la destruction d’Israël est absolument inacceptable”. Rouhani n’a rien répondu. Ce ne sont pas Merkel ou Macron qui lui auraient dit cela en face. Peut-on souhaiter que le vent mauvais souffle plus fort ?

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements