Le génie d’Israël : Le Logiciel de Kipat Barzel

Placeholder
Le génie d’Israël :  Le Logiciel de Kipat Barzel
Category: .

Product Description

Le génie d’Israël :  Le Logiciel de Kipat Barzel,  inventé par mPrest (Petah Tikva).

 

Le Dôme de fer passe de l’esquisse à la phase opérationnelle de combat en moins de quatre ans : il est déployé pour la première fois le 27 mars 2011, un temps extrêmement court pour un système de défense aussi complexe et totalement nouveau, conçu à partir de zéro.

“Comment est-ce possible? Un ancien ingénieur de Rafael raconte l’histoire de l’intérieur. Elle met en lumière les mêmes éléments créatifs à l’origine des innovations civiles révolutionnaires de la nation start-up.

” Tout a commencé en 2000 avec les premières roquettes Kassam lancées contre la ville de Sdérot, une ville de 26.000 habitants” confie-t-il. “Sdérot est seulement à quelque trois kilomètres de la ville de Beit Hanoun dans la bande de Gaza. Elle fait, depuis, l’objet d’attaques constantes. De talentueux ingénieurs de Rafael mettent alors au point le système d’alarme anticipé connu aujourd’hui sous le nom de “Tséva adom”, qui donne aux habitants 10 à 15 secondes pour atteindre les abris avant que les roquettes ne tombent.

Mais un petit groupe d’ingénieurs et de scientifiques de la fameuse Division des missiles de Rafael se réunit de manière informelle pour trouver une solution plus solide au problème des Kassam. Ce sont eux qui ont en fait défini le produit (Dôme de fer) et rédigé les exigences opérationnelles basées sur des simulations très poussées, qui ont conduit à l’élaboration d’algorithmes clés nécessaires pour permettre au Dôme de fer d’intercepter et détruire les roquettes Kassam, Grad et Fajr-5 dans les airs. Tout cela est le fruit d’un lien étroit et d’une coopération unique entre l’industrie, l’opérateur de systèmes de Tsahal et les experts du ministère de la Défense.”

Exemple de cette collaboration: le logiciel de Kipat Barzel, développé par mPrest, petite compagnie de software de Petah Tikva.

Le logiciel mis au point très rapidement par mPrest est capable d’utiliser les données du radar qui permettent de suivre les roquettes ennemies (développé par Elta/Israël Aerospace Industries), tracer leur trajectoire, calculer où elles vont atterrir, décider si oui ou non les intercepter, et, si oui, les intercepter et les détruire. Le tout sans intervention humaine et en une fraction de seconde. Le Dôme de fer prenait forme.

Les clés du succès

Il s’avère que tous les éléments innovateurs à l’origine du Dôme de fer sont aussi ceux qui conduisent les start-up civiles au succès. La recherche et le développement militaires ne débordent peut-être pas forcément sur le domaine civil, mais l’on retrouve dans l’un et l’autre cas plusieurs processus identiques qui mènent au succès.

L’urgence : il était clair dès le départ que les tirs de roquettes en provenance de Gaza augmenteraient en volume et en fréquence. Il n’y avait pas de temps à perdre. Les start-up civiles gagnantes ont la même urgence désespérée.

L’improvisation : les ingénieurs de Kipat Barzel ont pris beaucoup de raccourcis pour gagner du temps. Une source publiée sur Internet a raconté cette histoire remarquable : “Le temps et les contraintes budgétaires nous ont obligés à nous creuser la tête. Certains éléments du système ont coûté 40 fois moins cher que les pièces que nous achetons normalement. Le Dôme de fer est le seul missile au monde à contenir des pièces de chez Toys R Us. Un jour, j’ai amené au travail la voiture miniature de mon fils. Nous l’avons fait circuler entre nous. Nous avons vu qu’il y avait des éléments qui pouvaient nous servir. Je ne peux pas vous en dire plus.”

Un personnel de qualité : les ingénieurs de Rafael se sont battus pour faire partie de l’équipe de développement. Beaucoup possèdent une expérience précieuse acquise dans le développement de plusieurs générations de missiles air-air et autres. Cette équipe hyper motivée était donc en mesure de soutenir des charges de travail très lourdes et des délais serrés.

De toutes petites équipes: le groupe d’ingénieurs et de scientifiques travaillant sur le projet Dôme de fer était très réduit, beaucoup plus petit que de coutume dans de tels projets. Ceci a simplifié et accéléré la gestion du projet.

Les bonnes décisions : un grand nombre de décisions cruciales sont prises dans de tels projets de développement. Un mauvais choix peut faire tout couler. L’équipe de Kipat Barzel a fait les bons choix, et, apparemment, l’a fait efficacement.

Expérience : parfois, pour savoir ce qui va fonctionner ou pas, il faut faire des essais. L’équipe de Dôme de fer a fait de nombreux essais et suivi la maxime de Thomas Edison : “Une expérience ratée est tout simplement un pas de plus vers le succès.”

” Ça ne marchera pas” : rien de tel pour motiver les entrepreneurs israéliens que cette simple phrase. Osak, journaliste du Financial Times, cite un membre de l’équipe du Dôme de fer qui déclare : “Nous devrions peut-être remercier les médias parce que, quand on lit un article cynique on se dit “On va leur montrer” et on s’attaque au projet revigoré.»

Collaborer avec l’utilisateur final : le Dôme de fer a été développé en étroite collaboration avec les unités sur le terrain amenées à terme à utiliser et exploiter le système. C’est vrai, en général, pour la recherche et le développement militaires en Israël, qui, malheureusement, ont de nombreuses occasions de faire des essais sur le terrain en combat réel.

 

Source: Jérusalem Post

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements