LE CRI DE LA RAISON PAR FRANCK KALIFA

FrankKalifa - copie
LE CRI DE LA RAISON PAR FRANCK KALIFA

Product Description

SILENCE ON EXTERMINE

Le peuple juif n’est pas le peuple “élu” mais le peuple “choisi”, n’en déplaise au Roi Abdallah II de Jordanie qui vient expliquer aux nations européennes que la clé des massacres perpétrés par les nazislamistes de l’Etat islamique relève de la non-résolution du conflit israélo-palestinien, histoire de présenter le royaume hachémite comme le garant d’une déclinaison d’un islam ouvert. Quand bien même les Juifs ne voudraient pas être ce peuple “élu”, ils seraient désignés et par conséquent “choisis” par les nations du monde comme les responsables des malheurs des autres. La voilà l’image hideuse, car déculpabilisatrice, du juif comploteur omnipotent fourbissant les lames de couteaux des bouchers nazislamistes et tirant les ficelles de pantins irresponsables et illégitimes à l’instar d’une famille royale installée sur un territoire avec lequel elle n’a aucun lien de parenté. La voilà l’accusation perfide d’arrière plan et pré-chrétienne du meurtre rituel selon laquelle les Juifs assassinent des enfants non juifs à des fins rituelles de confection de pains azymes pour la Pâque. Oui mais voilà, les Juifs sont sur leur terre et la donne géopolitique a changé. La réinsertion géographique des Juifs, s’étant surajoutée à leur traditionnel cantonnement de bâtisseurs du temps, a bouleversé l’image biblique d’un Jacob assigné à résidence dans sa petite tente de pasteur et du chasseur Esaü “spolié” d’un droit d’aînesse dédaigneusement troqué contre un plat de lentilles. Oui, mon cher et regretté Camus, il faut nommer les choses pour ne pas ajouter au monde du malheur : c’est bien au nom de l’Islam que l’on extermine aujourd’hui les chrétiens d’Orient dans le plus grand silence du monde. La Peste brune est aussi verte, morbide retournement ou simple continuum de l’Histoire dont on ne peut se réjouir. Le roi Abdallah II de Jordanie, en bon adepte du fallacieux et répandu “pas d’amalgame”, vient noblement nous vomir à la gueule que “les enseignements du véritable islam sont clairs : les conflits et les affrontements sectaires sont totalement condamnés. L’islam interdit la violence à l’encontre des chrétiens et des autres communautés qui composent chaque pays”. Mais quel est ce machiavélique “foutage de gueule” qui consiste à mentir de façon éhontée sur ce qu’endure le monde depuis le 11 septembre 2001 pour les chronologistes les plus optimistes. Quid des centaines de milliers de civils massacrés en Syrie ! Quid des centaines d’attentats islamistes sur tous les continents de la planète ! Le silence complice et crapuleux du monde vis-à-vis du génocide des chrétiens d’Orient relève du même acabit que celui du silence papal lorsqu’on convoyait les Juifs d’Europe vers les abattoirs d’Auschwitz. Le nazislamisme va-t-il mettre en exergue l’échec tri-millénaire de l’humanité ? Le christianisme va-t-il se conforter dans cette posture de martyr crucifié réparant cet invétéré monde pécheur à l’instar du destin tragique de Sainte Thaïs et dérober la première place au “chahid” lubrique et nazislamiste ? Serait-ce là la collusion atavique et revitalisante entre les princes d’Edom et d’Ismaël sur le dos du trublion Israël ? A ce propos, quelque soit l’issue des élections israéliennes et à l’approche de la célébration de “Pessah”, la Pâque juive, avertissement est lancé aux responsables politiques israéliens de ne pas commettre la faute d’oublier le Peuple d’Israël, à l’intérieur comme à l’extérieur. Le peuple d’Israël a été libéré de l’obscurité de l’exil égyptien et “choisi” par la Providence divine pour être le garant de la traçabilité de la lumière divine. Aujourd’hui, en contre-écho modeste à l’un des proverbes attribué au Roi Salomon et devant le génocide des chrétiens d’Orient, le silence a perdu sa médaille d’or au profit de la parole, celle de la Vérité.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements