LA FRANCE: NID DE DJIHADISTES

hyper-cacher10.jpg
LA FRANCE: NID DE DJIHADISTES

Product Description

Oui, la diplomatie et les médias français forment des djihadistes et tuent des Juifs

Pendant des années, il s’est dit en France (c’était la formule “politiquement correcte” des dirigeants politiques et de nombre de journalistes) qu’il ne fallait pas “importer en France le conflit du Proche-Orient”.
Maintenant, il y a de la part d’un certain nombre de diplomates français (entre autres l’ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud, mais il n’est pas le seul), une volonté de tenir un discours un peu différent, mais complémentaire, consistant à dire que les actes djihadistes antisémites tels l’attaque meurtrière contre le magasin Hyper Cacher n’ont aucun lien avec le Proche-Orient, la politique française vis-à-vis d’Israël, et la façon dont les médias rendent le plus souvent compte du conflit israélo-musulman.
Le premier discours était scandaleusement faux, dès lors que ce qui se passait, et se passe, au Proche-Orient avait un impact en France et dès lors que le “conflit du Proche-Orient” était importé en France chaque heure et chaque jour.
Le deuxième discours est tout aussi scandaleusement faux : précisément parce que la politique française vis-à-vis d’Israël, et la façon dont les médias rendent le plus souvent compte du conflit israélo-musulman ont un lien étroit avec ce qui se passe en France.
Qui peut imaginer que l’hostilité venimeuse de la France vis-à-vis d’Israël depuis plus de quatre décennies, les phrases perfides de dirigeants politiques, les communiqués du Ministère des Affaires étrangères sont un ensemble d’éléments perçus par personne ? Qui peut considérer sans hypocrisie que les propos parlant sans cesse de “colonies”, de “colons”, de “territoires palestiniens occupés”, de Gaza comme d’une “prison à ciel ouvert” soumise à un blocus israélien ne remplissent pas une fonction d’incitation à la haine ? A-t-on oublié que Mohamed Merah a déclaré avoir voulu tuer des Juifs parce qu’il avait vu à la télévision la façon dont les Juifs traitaient les enfants palestiniens”? Qui oseraient dire que Medhi Nemmouche, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly, ou avant eux les assassins d’Ilan Halimi ou de Sebastien Sellam ne regardaient jamais la télévision, et vivaient une vue de sourds-muets aveugles ?
Je dois le dire et je le dis : oui, la diplomatie française et la classe politique française en sa quasi-totalité portent une écrasante responsabilité, dans la montée de l’antisémitisme islamique qui règne désormais très largement en France. Et cet antisémitisme islamique a des conséquences meurtrières.
Et la diplomatie française et la classe politique française en sa quasi-totalité portent, symétriquement une écrasante responsabilité dans la dérive de jeunes musulmans vers l’islam radical qui légitime les assassinats de Juifs : si j’étais un jeune musulman de banlieue et que j’écoutais les discours politiques français sur le Proche-Orient, je détesterais Israël et les Juifs, et je me dirais qu’en tolérant l’existence d’un Etat aussi infect qu’Israël, la France n’agit pas en conformité avec les paroles de ceux qui l’incarnent.
Je dois le dire aussi, et je le dis : les médias français, trop souvent, portent une responsabilité complémentaire et alimentent eux-mêmes l’antisémitisme islamique et ses conséquences meurtrières.
Les médias français, trop souvent, contribuent à la dérive de jeunes Musulmans vers l’islam radical. Si j’étais un jeune Musulman de banlieue et si, comme ils sont nombreux à le faire, je regardais la télévision, je serais en colère contre Israël et contre les Juifs, et je pourrais finir par avoir le désir de voir Israël disparaître, voire par avoir des envies de meurtres vis-à-vis de Juifs.
On se demande ces temps derniers comment remédier à la situation. Au degré où nous en sommes, je ne suis pas certain qu’il y ait des remèdes. Mais au cours de ces remèdes, il y aurait la nécessité d’adopter une politique étrangère qui rompe avec la politique arabe de la France, la nécessité que bien davantage de dirigeants politiques parlent comme Claude Goasguen ou Meyer Habib, dont je dois louer une fois de plus l’immense courage.
Il y aurait la nécessité dans la sphère politique d’appeler un dictateur un dictateur et Mahmoud Abbas un terroriste corrompu, de rappeler la différence entre démocratie et totalitarisme et de dire qu’Israël est une démocratie sans cesse agressée et menacée. Il y aurait la nécessité de dire qu’un Etat palestinien ne pourrait voir le jour qu’après que l’Autorité palestinienne soit régie selon les règles de la démocratie et des droits de l’être humain (c’est impossible, je sais, et c’est pour cela, entre autres, que je pense qu’il n’y aura jamais d’Etat palestinien).
©Retrouvez l’article intégral sur Dreuz.info

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements