ISRAEL NOMME UNE FEMME “JUGE DE SHARIA”

Placeholder

Product Description

C’est un fait, mais il est assez méconnu. Surtout des Arabes en France qui prennent un malin (et idiot) plaisir à clamer qu’Israël est un Etat d’apartheid. Mais le fait est aussi méconnu au sein même de notre communauté de nouveaux immigrants : en Israël s’applique, pour les musulmans, dans tout un spectre légal, la Sharia. Oui : le rêve des musulmans de France d’avoir des tribunaux islamiques existe… en Israël !
De fait, les musulmans israéliens ont le droit de faire des recours devant les tribunaux islamiques pour les mêmes griefs que les Juifs peuvent déposer dans les tribunaux rabbiniques.
Cela va du mariage au divorce… Et cela va même jusqu’à la médiation entre deux hommes d’affaires qui demanderaient l’aide des religieux pour trancher sur leur cas.
Et comme Israël ne fait jamais rien à moitié, l’Etat a nommé pour la première fois une femme juge afin de servir dans le système judiciaire de la sharia.
La nomination unanime de Hana Khatib, félicitée par les uns et dénoncée par les autres, est pourtant historique. En fait, Israël devient, pour les Etats arabes, une “lumière parmi les Nations.” Et il nous faut pour cela féliciter Ayelet Shaked, Ministre de la justice issue du parti religieux Habayit HaYehudi, pour ce mouvement ingénieux !
Khatib, originaire de la ville de Tamra, située en basse-Galilée, est une spécialiste des lois islamiques de la famille. Sa nouvelle fonction lui permettra de traiter des problèmes “personnels” au sein de la communauté musulmane (mariage, divorce, conversion, héritage, prévention des violences domestiques, etc…).
Les juges islamiques existent en Israël depuis l’indépendance même de l’Etat en 1948 – et jamais leur statut n’a été remis en cause ; ce qui montre bien le désir des Juifs de vivre en paix avec toutes les minorités qui composent l’Etat d’Israël.
La députée arabe Aida Touma-Suleiman, qui est par ailleurs la présidente du Comité de la condition de la femme et de l’égalité des sexes de la Knesset, a appelé cette nomination “une étape historique dans le mouvement féministe arabe en Israël, une étape qui profite à tout le peuple arabe – et pas seulement aux musulmans.”
Le député arabe Osama Saadi, un membre du Comité de nomination des juges, a déclaré que la nomination de Khatib était “un pas très important dans la bonne direction pour une représentation arabe appropriée dans le pouvoir judiciaire”.
Reste maintenant à espérer que ces députés arabes propagent enfin cette bonne parole à l’étranger – comme ils savent si bien le faire pour propager leur anti-sionisme à ceux qui sont prêts à les écouter partout à travers le monde.
Jonathan-Simon Sellem

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements