Histoire

objectif
Histoire
Categories: , .

Product Description

Projet pedagogique Hatikva

L’épopée des bateaux comme le celèbre Exodus est l’une des plus héroïques et des plus tristes pages de l’histoire du Sionisme.

Malgré les lois et  les restrictions des Britanniques pour limiter l’arrivée (l’alyah) des Juifs en Eretz Israël, la Palestine Britannique, le mouvement sioniste organisa  dans les années 1930 des bateaux clandestins. La situation sera encore plus tragique après la deuxième guerre mondiale lorsque la plupart des passagers seront des survivants des camps de la mort des Nazis.

Les Anglais essayèrent par tous les moyens d’empêcher les bateaux des Nouveaux  Immigrants d’arriver à bon port et ceci par des pressions politiques, de la propagande et même par la force en arraissonnant les embarcations.

Malgré tous leurs efforts, des bateaux arrivèrent à passer le blocus. Les Britanniques ouvrirent  des camps pour les immigrants illégaux à Atlit, au sud de Haïfa mais aussi à Chypre pour emprisonner  les passagers qu’ils arrêtaient, hommes femmes et enfants. Une partie des Juifs parqués dans l’un des vingt cinq camps à Chypre y resta des années et même au lendemain de la création de l’Etat d’Israël, les Anglais empechêrent  pendant encore plus de six mois les Juifs de quitter les camps.

L’histoire de l’Exodus, devint en 1947 le symbole de tous les bateaux de la Ha’apala, l’Alya clandestine appelée aussi Alya Bet. Ce vieux bateau bondé de plus de 4500 passagers dans des conditions extrêmement difficiles parti de Sète en France,  fut bloqué par les Britaniques et repartit en fin de compte en Allemagne d’où la plupart des Juifs venaient à peine de sortir des camps. L’opinion mondiale fut émue du sort réservé aux Juifs par les Anglais. L’Exodus et cette période de la guerre pour la création de l’État Juif donnèrent naissance à un livre et un film qui devinrent mondialement célèbres.

Le mouvement sioniste permit grâce à tous ses bateaux, à des centaines de milliers de nouveaux immigrants du monde entier de monter en Israël malgré toutes les tentatives des Britanniques.

De nombreux bateaux continueront encore pendant des années à transporter des Juifs voulant se joindre au jeune État, parfois dans des conditions extrêmement périlleuses comme pour les Juifs du Maroc.

J’ai découvert une jeunesse juive passionnante et passionné sur le bateau Hatikva de l’Expérience Israélienne.

Chaque génération regarde avec suspicion les jeunes en ne regardant que des signes extérieures ou en ne parlant aujourd’hui que des portables et de la culture SMS.

Pourtant  les participants des mouvements de jeunesse présents sur ce bateau m’ont bouleversé. Peut-être que ces jeunes vivent une situation tellement complexe en France pour les Juifs qu’ils ont mûri un peu trop vite.

Pour nous, les éducateurs, ce fut des moments intenses. Il est évident parfois que l’on espérait plus d’écoute ou de concentration pour certaines conférences mais c’était oublier la fatigue, l’excitation et les âges des participants.

Mais d’un coup, au milieu d’une conférence ou autour de la table du repas une question ou une affirmation d’un jeune éclairait d’un jour nouveau un sujet lié au sionisme ou au judaïsme.

Cette jeunesse juive de France sent d’instinct qu’elle se trouve dans une situation complexe et qu’elle devra faire face à de nombreuses questions sur son avenir en tant que communauté et en tant qu’individus.

J’attends de tout cœur la possibilité de me retrouver de nouveau en présence de ces groupes de jeunes pour réfléchir ensemble à notre histoire et à notre futur en tant que Juifs. Ces jeunes m’ont aussi fait comprendre que l’on apprend  toujours plus de ses élèves que de ses maîtres.

 

Moty Likwornik 

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements