HASSIDOUT

Placeholder

Product Description

La prière à Roch Hachana

Roch Hachana est le jour où D.ieu décide de tous les bienfaits qu’il va accorder à l’homme, tant dans le domaine matériel que dans le domaine spirituel, pour l’année à venir. C’est pourquoi nous prions en ce jour, pour avoir enfants, longévité, prospérité et réussite dans le domaine spirituel.
Mais en même temps, Roch Hachana est le jour où nous proclamons D.ieu comme Roi du monde et acceptons à nouveau Sa souveraineté absolue, selon la formule dans notre prière à R.H. : “Règne sur le monde entier dans toute Ta Gloire !”, et “Bénis sois-Tu, É.ternel, Roi de l’univers !”.
A priori, prier pour la prospérité matérielle n’a rien à voir avec le couronnement de D.ieu et les deux éléments constituent même un paradoxe : le couronnement crée un lien entre le roi et le peuple – le lien du dirigeant à ses sujets. Mais celui qui est véritablement soumis à son roi, n’a pas d’action, de parole ni même de pensée indépendante.
Il abandonne son identité propre et se voue pleinement à son maître. Et le roi, lui, accepte de tenir son rôle, en voyant le peuple manifester son désir d’accepter sa souveraineté et d’être un peuple fidèle : obéir et servir le roi en annulant entièrement leur propre volonté. Pour eux, le couronnement correspond au renoncement de leur moi. Par ailleurs, demander à D.ieu de subvenir à tous ses besoins, témoigne d’une conscience de soi et de ses besoins…
Ainsi, notre prière à Roch Hachana, exprime deux notions contradictoires : la conscience de ses besoins, et en même temps, l’annulation de la conscience de soi. Comment est-ce possible ?
Et de même dans notre prière quotidienne, notre annulation devant notre Roi lors du Chemonè ‘Essré, s’accompagne de l’expression de nos requêtes concernant nos besoins.
Mais le paradoxe est plus évident à Roch Hachana, lorsque le Roi est couronné ; à cet instant, le peuple ne doit se concentrer qu’à reconnaître D.ieu en tant que Roi et oublier ses propres besoins. D.ieu est vraiment couronné, lorsque tous acceptent Sa souveraineté et que la Divinité est manifeste dans le monde.
Dans la réalisation du grand projet consistant à transformer ce monde matériel en une résidence pour D.ieu, le peuple juif joue le rôle central, où chacun a sa part et sa mission individuelle, qu’il accomplit lorsque son usage des objets matériels est imprégné de sainteté. Chaque Juif possède des objets qu’il doit – lui et seulement lui – élever spirituellement.
La véritable motivation qui se dissimule dans les prières de Roch Hachana, lorsque nous demandons la prospérité matérielle n’est pas d’obtenir des biens matériels afin de faciliter notre vie, mais qu’ils nous permettent d’accomplir notre tâche en ce monde – la révélation de la Divinité ici-bas, le couronnement de D.ieu en tant que notre Roi.
Lorsque nous prions à Roch Hachana, pour notre bien-être matériel (ou même spirituel), ce n’est pas pour satisfaire nos désirs, mais au contraire c’est pour pouvoir accomplir la mission totalement désintéressée qui nous a été confiée par D.ieu, pour proclamer Sa Royauté !
Le sens profond de la Prière – Le problème n’est pas la difficulté de s’empêcher de prier pour son bien-être, afin de se concentrer uniquement sur le “couronnement de D.ieu”, car à Roch Hachana, tout Juif peut se rapprocher de D.ieu, tout oublier, et s’enflammer du désir de s’unir à son Roi. Le problème, c’est que tous, même les Juifs les plus simples, doivent accomplir simultanément ces deux services apparemment contradictoires : évaluer ses propres besoins en souhaitant que D.ieu y subvienne, et en même temps, évacuer sa conscience de soi…
Le Juif est fait d’un corps et d’une âme. Celle-ci est “véritablement une parcelle de D.ieu en-Haut”, et le corps doit être assujetti à l’âme. Ainsi, la Ba’al-Chem-Tov nous a enseigné que “le désir du corps de manger et de boire provient de “la faim” spirituelle de l’âme ; chaque aliment ou boisson, comme toute création terrestre, possède une étincelle de Divinité, et ce sont ces étincelles que l’âme veut reprendre. Le Juif peut ne le ressentir que dans le sens le plus matériel, mais en réalité, la faim du corps exprime la faim de l’âme.
Il en est de même pour les prières de Roch Hachana Nous pouvons croire que quand un Juif prie de tout son cœur, c’est seulement pour obtenir son bien-être matériel.
Ce n’est qu’une apparence. En réalité, ses prières sont le cri qui vient du tréfonds de son âme, l’expression de sa faim spirituelle et son aspiration à accomplir la mission que D.ieu lui a confiée, c’est-à-dire transformer ce monde en une résidence pour D.ieu et voir s’accomplir sa prière : “Règne sur le monde entier dans toute Ta Gloire !”.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements