Fermes et courageux

yana
Fermes et courageux
Category: .

Product Description

Tels de orphelins, nos ames bouleversées, nos cœurs attristés, nos visages décomposés, cherchent un peu de réconfort, de lumière dans toute cette obscurité. Un bon dirigeant, au vu des blessures de son peuple, se montrerait conciliant, à l’écoute, essayant de lui redonner foi en demain. Ceci est valable pour chaque peuple, sans distinction. Un chef politique ou militaire est comme un père ou une mère: il se doit d’être ferme mais aimant. Notre peuple a eu à sa tête de grands hommes: nos patriarches, Moshé, Yé- houshua, les chefs des tribus, nos Rois, le San- hédrin, malheureusement depuis des décennies personne n’a réussi à unir le peuple, à le rassu- rer. Nous faisons certes face à une situation très complexe, mais ce n’est pas la première, et au fil des années les leçons n’ont pas été retenues. Voilà presque 10 ans que le sud du pays subit les tirs de roquettes, et les supposés cessez-le- feu signés avec le Hamas n’existent que sur le papier, afin de berner les nations étrangères pour continuer à toucher des aides financières. Le cabinet s’est réuni très souvent ces derniers jours, dans le but de retrouver nos 3 enfants ou de décider de la marche à suivre après les nombreuses attaques subies et le constat de leur assassinat. Il n’est jamais facile, ni simple de décider de rentrer en guerre, le côté humain prend toujours le pas chez nous, à l’inverse de nos ennemis, mais le statu-quo ou les réponses ciblées sont aujourd’hui insuffisantes. Les hési- tations de nos dirigeants ne sachant vers quelle option se tourner, ne rassurent pas les attentes du peuple, qui refuse une solution à court terme. Dans cette situation complexe, certains ont com- pris qu’il valait mieux peser ses mots, et d’autres comme notre futur ex-président Shimon Peres, ne comprennent rien. Dernière bulle à sa longue liste déjà existante, Peres condamnant le meurtre du jeune palestinien a déclaré: “De Zion sortira la honte”, c’est plutôt de sa bouche que la honte est sortie ! Certes il faut condamner tout acte de violence, et n’oublions pas qu’on peut tout faire dire à une vidéo, trouble et imprécise. Refusant de ne pas être au-devant de la scène, et voulant conserver le monopole de la souffrance, les Ara- bes israéliens au lendemain de l’enterrement de nos 3 enfants, ont saccagé certains quartiers de Jérusalem, reléguant au second plan de l’actua- lité nos défunts. Imaginez que nous ayons réagi de la même façon ! Une vie est une vie, l’une ne remplacera pas l’autre, mais eux n’ont aucune décence. Et qu’ont fait nos politiciens, ils se sont écrasés, se confondant en excuses, n’ayant pas autant de considération pour leur propre peuple. Certains de nos représentants, ont même déclaré que nous ne devions pas faire de stop, façon de rejeter la faute sur nous, mettez donc en place des moyens de transports dans ces zones que certains d’entre vous ont tellement peur d’an- nexer. Ne jetons pas de pierres, ne molestons pas les fauteurs de troubles, nos soldats doivent être plus conciliants au risque du pire, en résumé: arrêtons de vivre et surtout si l’on nous attaque, ne répondons pas. Les 3 jeunes âmes pures qui nous ont été brutalement volées, représentaient l’avenir d’Israël, l’espérance, ayant compris toute l’importance de la Terre, ils y vivaient, peu leur importaient les cartes délimitées par des bureau- crates méprisant l’Histoire, et l’approbation des nations ne connaissant pas le terrain. Ils vivaient le rêve que de nombreuses générations n’ont pas pu accomplir, malheureusement, leur rêve fut bref. Ne laissons pas leurs mémoires, ainsi que celles de tous ceux qui sont tombés avant, être sali par de mauvaises décisions mettant en danger le sort de notre Terre et de notre peuple. Que nos dirigeants d’aujourd’hui soient fermes et courageux comme nos dirigeants d’hier.

 

Judith Yana 

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements