Etre “gauchiste” et gardien d’Israël

Placeholder

Product Description

J’ai eu la chance de rencontrer récemment plusieurs anciens responsables du Renseignement israélien. L’occasion pour moi de poser des questions sur des opérations récentes (auxquelles je n’ai pas toujours souvent de réponses) et des questions sur les avis politiques au sein des diverses agences israéliennes.
Sur ce deuxième point, ma curiosité est née d’un documentaire qui a fait le tour du monde, tiré d’un livre best seller, “the gatekeepers”, de Dror Moreh.
Six anciens directeurs du Shin Bet, brisent le silence. Au cœur de l’action et des secrets entre 1980 et 2011, les gardiens du système, d’ordinaire les plus zélés, dévoilent les rouages du service chargé de la lutte antiterroriste – infiltrations, tortures, éliminations ciblées.
Mais on y rencontre surtout Avraham Shalom (1981-1986) partisan de négociations avec le Hamas et le Jihad islamique, Ami Ayalon (1996-2000) co-auteur avec Sari Nusseibeh d’une initiative de paix en 2003 et récemment élu à la Knesset sur la liste du Parti travailliste, Avi Dichter (2000-2005) devenu membre de Kadima, Yuval Diskin (2005-2011) assurant que les conquêtes de 1967 transformeraient Israël en “Etat Shin Bet” et s’étant opposé à “des préparatifs d’action militaire contre l’Iran” en voie de se doter de l’arme nucléaire…
Donc, parfois, des opinions extrémistes. D’où ma question: “comment peut-on défendre Israël quand on est contre la politique menée par les différents Premiers Ministres ?”
On m’a souvent donné l’exemple du “Superman israélien”, Méïr Dagan. Il était à gauche, il était fermement opposé à Netanyahu et quand il a pris sa retraite, il s’est opposé officiellement et politiquement à Netanyahu. Mais quand il était aux commandes, la politique passait après la sécurité de l’Etat juif et des Juifs du monde entier. Un ancien officier m’a par ailleurs ajouté que, “si ses positions politiques jouaient, c’était uniquement pour respecter les doctrines qui illustrent l’Etat d’Israël : le respect de la vie. En d’autres termes, il a pu mettre son véto à des opérations qui auraient réussi mais qui auraient pu entraîner la mort de civils ou d’innocents.”
Mais l’officier ajoute bien vite : “je reste certain qu’un chef du Mossad ou du Shin Bet, de droite, en aurait fait tout autant.”
De fait, nos gardiens d’Israël sont des vrais leaders juifs (voir ma chronique précédente). Ce sont des personnes qui mettent l’intérêt général avant le leur. Ils nous protègent, prennent des décisions qui les empêchent de dormir, rendent le monde meilleur, et le font même si, au fond d’eux, ils auraient voulu faire autrement.
A l’heure où la France insulte ses flics, où leurs voitures sont brûlées, où les gardiens de la paix sont humiliés, il est bon pour nos gardiens de savoir que, quoi qu’ils fassent, nous serons toujours avec eux… Parce qu’eux seront toujours là pour nous !
Et au moment où M. Netanyahu s’apprête à participer à une cérémonie annuelle de remise de décorations pour nos héros de l’ombre, n’oublions jamais que même les “pires” gauchistes au sein de la hiérarchie israélienne n’ont qu’un seul but : agir avec intelligence et fermeté face aux menaces qu’Arabes et Perses font peser sur nos têtes.

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements