Ce qu’il nous reste à faire…

Placeholder

Product Description

Halte à la complaisance! C’est ce que l’on serait tenté de crier aux vues des évènements qui ont entaché les fêtes de Tishri. Ces fêtes portent en elles le message de l’universalisme, message qui apparemment n’est perçu que par nous-mêmes. Face à nos mains trop souvent tendues, nous ne trouvons que haine et mensonge. Le pire c’est que cette technique maintes fois éprouvée par nos ennemis locaux fonctionne parfaitement, à l’échelon international bien sûr où ils sont considérés comme de «pauvres victimes», et arrivent même à ébranler une certaine frange de la population locale, qui après avoir condamné les actes, arrive, poussé par un fort sentiment de culpabilisation, à trouver une stupide raison à leur existence. Comment en sommes-nous arrivés là? Tant de guerres, tant de luttes, tant de sacrifices et de sacrifiés, ne sont pas arrivés à faire comprendre aux peuples étrangers que cette Terre est la nôtre et qu’elle n’est pas à partager. La reconquête de Jérusalem n’est pas finie, c’est ce qu’avait dit en son temps le Rabbi de Loubavitch à Ariel Sharon. Il est inconcevable que la capitale de l’Etat Juif soit divisée en plusieurs quartiers, et qu’il soit impossible aux Juifs de circuler librement. Un Arabe, un Arménien, un Chrétien peut déambuler librement où bon lui semble, alors qu’il y a des zones interdites aux seuls Juifs, qui prennent le risque de se faire molester dans le meilleur des cas, ou malheureusement pire, de se faire assassiner. Peut-on permettre que des vandales qui prient en direction de la Mecque et dont le seul but est de nous dérober notre Terre, souillent le Mont du Temple?! Peut-on permettre que des hordes de femmes drapées de noir, vociférant leurs insultes sur de simples et innocents fidèles, paralysent de peur nos enfants, qui ne comprennent pas le pourquoi ? Peut-on permettre que des familles traversant paisiblement un quartier, se fassent agresser au couteau devant le regard complaisant des commerçants environnants, pressés de rouvrir leurs boutiques face à la mare de sang non encore asséchée?! Nous ne sommes plus au temps de l’Allemagne hitlérienne et de la France de Vichy qui interdisaient aux Juifs au même niveau qu’aux chiens et aux singes l’accès des lieux publics, transports en commun, universités, … Aucun Etat souverain, aucun Peuple n’accepterait cette situation. Nous sommes chez Nous, dans notre Etat Juif, et dans notre Capitale, il est temps de marteler au Monde ce fait acquit, et d’arrêter les velléités de compromis! Un compromis ne statue pas de façon définitive, il est par essence la porte ouverte à de nouveaux marchandages. Notre mission, en tant que Peuple, n’a pas encore été accomplie. La Terre d’Israël n’a pas retrouvé ses frontières, Jérusalem n’a pas fini d’être reconquise, le pays n’est pas réoccupé de façon unifiée par son Peuple, et c’est cela que nous rappelle chaque nouvel attentat, c’est le message posthume de tous ceux qui sont partis au Nom de D… .

Judith Yana
Juriste – Comptable Agrée

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements