Au revoir Mr Samy Flatto-Sharon

Placeholder

Product Description

Samy Flatto-Sharon, fils de Joseph et Esthera Flatto, est né à Lodz en Pologne. Lorsque les Allemands commencent à occuper la Pologne, il réussit à fuir ce pays grâce à l’aide de son oncle venu visiter sa famille Polonaise (et qui a sur son passeport Belge la photo de sa fille qui a le même âge). C’est donc ainsi déguisé en fillette de 7 ans, qu’il réussit à fuir les Nazis et gagner Paris.
Lauréat en Sciences Economiques de l’Université de Paris, 14 ans plus tard, il devient millionnaire. Il est couronné par la presse parisienne du titre de “Roi des chiffonniers de Paris”, controlant le marché du recyclage du papier, des chiffons, de la ferraille et des métaux. A l’âge de 23 ans, il possède déjà une flotte de 25 camions, de 10 à 20 tonnes chacun, qui sillonnent la France avec ses marchandises. Et à l’âge de 21 ans un peu plus tôt vers la même époque, en voyage de noces sur la Riviera Française, il rachète un immeuble Rue Borniol à Cannes qu’il fait restaurer et revend 20 beaux appartements à des co-propriétaires. C’est les premiers balbutiements de la co-propriété. C’est sa première affaire immobilière. Il y en aura beaucoup d’autres. Et à l’âge de 14 ans, un peu plus tôt encore, alors qu’il poursuit ses études à l’Ecole Centrale à Paris, il organise l’achat des cigarettes américaines aux soldats US qui stationnent en France après l’avoir libérée. C’est sa première véritable entreprise commerciale. Cette affaire débute lorsqu’il rachète 5 paquets de cigarettes à des soldats Américains qu’il revend aux élèves de son école au détail, cigarette par cigarette. Un an plus tard, c’est par camions qu’il rachète ces cigarettes qu’il revend dans toutes les écoles de la Région Parisienne par cartons de 10 paquets.

Dans les années qui vont suivre, ses affaires se développent à un rythme très rapide et dans divers secteurs. Entre autres, il crée la plus grande usine d’Europe de papier hygiénique, avec un rendement de 30 millions de rouleaux par mois, fournis industriellement par les fabriques de papier :
les Papeteries de Beaugency, Papeteries de la Drome, Papeteries de la Cloyes, Papeteries Chouanard dans la région Parisienne, qui est l’une des plus anciennes fabriques de papiers en activité en France et les Papeteries de Crest. Il a racheté seul en 18 mois ces 5 papeteries avec l’aide du Crédit Lyonnais et de la Hong Kong Shanghai Banking. Ensuite, c’est l’achat à la Bourse de Paris de la majorité des actions du No. 1 en France de la production de systèmes hydrauliques pour véhicules, Chaudronnerie Ermont laquelle fournit, entre autres, aux constructeurs de camions Renaultet Citroën leurs besoins en camions bennes. Puis, il organise et développe de toutes pièces une usine de production d’aspirateurs manuels, après avoir acheté le brevet aux inventeurs. Ce sont les premiers aspirateurs en plastique de ce genre dans le monde. Ils portent le nom de “Samy” et leur rendement va dépasser celui des plus grandes marques Européennes avec une production de 35,000 appareils par mois. Cette affaire sera revendue plus tard à la multinationale Phillips qui rebaptisera cet aspirateur à son nom.

C’est à cette période qu’il achète une splendide propriété dans la forêt de Chantilly dans la région Parisienne pour sa mère où il passe ses week-ends en famille.

A la même période Samy Flatto-Sharon rachète aux Etats-Unis pour une somme importante les droits pour l’Europe des courses de “Stock-cars” et organise tous les jours des courses de voitures dans toutes les villes d’Europe, à raison de 6 à 8,000 spectateurs par jour et par course, pendant plusieurs années, générant des profits exceptionnels, ce qui restera une de ses plus belles opérations financières.

A cette époque, il fait partie de la “High Society” Parisienne qu’on appelle le “Tout Paris” et passe une partie de ses nuits dans les grands clubs Parisiens à la mode. C’est ce qui l’incite à se lancer dans l’exploitation de la vie nocturne. En deux ans, il rachète, crée, développe 13 restaurants, discothèques, cabarets, dancing etc., qui prennent tous place parmi les endroits à la mode (tels que “La Belle Epoque”, “Le Privé”, “La Goulue”, “La Grande Bouffe”, premier restaurant en France avec buffets ouverts à volonté, à prix fixe raisonnable. “Open One”, “Katmandou”, Club St. Hilaire” restaurant et discothèque et le restaurant et spectacle “Chez Joséphine Baker” qu’il crée en association avec le célèbre acteur Jean-Claude Brialy et où Joséphine Baker assure elle-même le spectacle. Les 3 joyaux de ces endroits de nuit sont le “St. Hilaire”, Rue de Rennes, à Paris animé par le célèbre François Patrice et le chef aux cuisines, le non moins célèbre Alain Senderens et “La Belle Epoque”, animé par Joséphine Baker, Eddie Constantine, George Guéthary, Carlo Nell et Michel Sardou, et le club le plus fermé de Paris “Open One”- tous fréquentés par le Jet-set International comme Onassis, le Roi de Jordanie, des chefs d’états d’Afrique et d’Asie. Cinq ans plus tard, après avoir savouré de jouer les rois de la nuit Parisienne et avant son départ pour l’Afrique pour de nouvelles réalisations, il cède à ses directeurs l’ensemble de ses clubs nocturnes et ses restaurants.
www.flattosharon.co.il

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements