Arte, la chaîne qui aime les juifs morts !

Placeholder

Product Description

Voilà un slogan que je répète souvent. Arte, la chaîne franco-germanique, aime diffuser des documentaires sur la Shoah et dénoncer l’horreur nazie. Et de l’autre côté : qui censure tout document neutre à propos d’Israël et de l’antisémitisme ordinaire.
La nouvelle affaire a été révélée par l’excellent ancien rédacteur en chef du Monde, Luc Rosenzweig. Selon lui, le directeur des programmes d’Arte, Alain Le Diberder, aurait décidé de ne pas diffuser un documentaire, produit et financé par la chaîne franco-allemande. Ce documentaire de 90 minutes, intitulé dans sa version allemande “Un peuple élu et mis à part : L’Antisémitisme en Europe” (les Français avaient choisi un titre plus neutre : “Les nouveaux visages de l’antisémitisme”) réalisé par Joachim Schröder et Sophie Hafner, avait pourtant été validé en avril 2015 par la Conférence des programmes d’Arte, composée à parité des représentants allemands et français de la chaîne.
Selon Luc Rosenzweig, cette validation obtenue de justesse, “s’était heurtée d’emblée à l’opposition d’Arte France qui avait subodoré que le contenu du documentaire n’était pas en adéquation avec la ligne éditoriale de la chaîne sur la question de l’antisémitisme. ”
En clair, Arte préférerait se limiter à une dénonciation convenue de l’antisémitisme d’extrême droite mais rechignerait à s’intéresser à l’antisémitisme qui a cours dans les banlieues françaises, en particulier dans les milieux arabo-musulmans et qui s’abrite volontiers derrière une vulgate « anti-sioniste » plus présentable auprès des médias.
L’hebdomadaire Valeurs Actuelles, qui s’est fait l’écho de la polémique, a également pu visionner intégralement le reportage : « Les réalisateurs donnent à voir des faits inhabituels pour les médias occidentaux : les montants disproportionnés des subventions allouées aux palestiniens, la corruption des ONG et agences onusiennes, la question des réfugiés juifs, l’antisémitisme criminel qui sévit en France… Autant de faits qu’Arte semble préférer occulter », souligne la journaliste de Valeur Actuelles, Rachel Binhas.
La chaîne culturelle franco-allemande dément toute: “censure” mais soutient que le documentaire ne correspondrait pas à ce qui avait été annoncé au départ. Pour mieux se justifier, Arte met en doute l’affirmation du documentaire selon laquelle « L’Union Européenne, des gouvernements européens, des Églises européennes ainsi que des organisations onusiennes cofinancées par l’Union européenne auraient versé 100 millions d’euros par an à des ONG politiques connues pour mener des campagnes anti-israéliennes. »
Tout le monde est pourtant au courant de ces dizaines de millions de subventions versées par divers canaux européens aux organisations anti-israéliennes, tant en Israël qu’en Europe. La presse israélienne y a consacré de nombreux articles. Et les Européens se sont eux-mêmes inquiétés que le gouvernement israélien veuille mettre un peu d’ordre et de transparence dans ce financement d’une propagande qui lui est foncièrement hostile.
Quoi qu’il en soit, ceux qui voudraient lire le scripte de ce reportage, en français, sont invité à recopier cette adresse URL sur leur ordinateur: http://bit.ly/2rCBU02
Par Jonathan-Simon Sellem (merci à l’excellent site InfoEquitable pour son travail d’investigation sur le sujet)

S’inscrire a notre newsletter. Recevez nos dernieres news et evenements